Revue de presse: coronavirus, trou de Tolochenaz et homicides en Suisse… les titres de ce dimanche

Le coronavirus fait encore les titres de la presse dominicale. Le «trou» de Tolochenaz (VD) et un nombre d’homicides sous-estimé en Suisse sont les autres thèmes abordés.
21 nov. 2021, 10:31
/ Màj. le 21 nov. 2021 à 10:31
La presse dominicale revient sur l'actualité de ces derniers jours.

Recours contre la votation sur la loi Covid

750 recours ont été déposés auprès des cantons contre la votation du 28 novembre sur la loi Covid-19, indique la NZZ am Sonntag. Beaucoup d’entre eux sont identiques. L’un, par exemple, émane de l’association «Wir sind Menschen», un autre de l’élu UDC au Grand Conseil thurgovien Hermann Lei, un avocat de profession qui a formulé une requête au nom de 95 personnes. L’absence de la mention du certificat Covid pour les personnes vaccinées, guéries ou testées, qui est le principal point de friction des opposants au projet, dans la question posée sur le bulletin de vote est notamment dénoncée. Les cantons ne sont pas entrés en matière sur les recours et, selon le journal, ils n’ont que peu de chances de succès devant le Tribunal fédéral. Plusieurs recours avaient déjà été déposés avant la première votation sur la loi Covid-19 en juin. La haute cour les a tous rejetés.

Les vaccins d’abord pour les personnes âgées

De nombreux cantons ne sont pas prêts à administrer le vaccin de rappel contre le Covid-19 aux personnes de moins de 65 ans dès le début décembre, rapporte la SonntagsZeitung. Les rendez-vous pour les vaccinations sont donc avant tout réservés aux personnes âgées. Berne, par exemple, n’injectera la troisième dose aux moins de 65 ans qu’en 2022. Cette lenteur des cantons est critiquée par l’infectiologue zurichois Huldrych Günthard. Il demande que l’armée soit engagée en cas de besoin pour faire avancer la campagne de rappel. La troisième injection anti-Covid-19 doit se faire six mois après la deuxième dose.

Le trou de Tolochenaz laisse les Alémaniques de marbre

L’affaissement à Tolochenaz (VD) le 9 novembre dernier, qui a coupé la ligne ferroviaire entre Lausanne et Genève pendant deux jours et laissé des milliers de pendulaires sur le carreau, est largement passé inaperçu outre-Sarine, remarque Le Matin Dimanche. Hormis des Bernois, les élus alémaniques ne sont pas particulièrement sensibles aux doléances des Vaudois et Genevois en matière de rail, ajoute le journal, qui a interrogé des politiciens alémaniques. Cette indifférence a une conséquence: le cri des autorités vaudoises et genevoises réclamant un tracé alternatif entre les deux capitales lémaniques, pour un coût estimé à 6 milliards de francs, n’a aucune chance d’être entendu au palais fédéral.

La demande de prestations transitoires limitée

Seules 460 demandes de prestations transitoires ont été déposées depuis juillet par les chômeurs de plus de 60 ans qui arrivent en fin de droit, indique la SonntagsZeitung. 108 rentes ont été accordées. Lors de l’examen de la loi, qui est entrée en vigueur en juillet, les Chambres fédérales tablaient sur 3400 rentes par an. «Le moins que l’on puisse dire, c’est que la demande reste limitée», explique dans le journal Andreas Dummermuth, le président de la conférence des caisses cantonales de compensation. La bonne situation sur le marché du travail expliquerait cette situation. Mais le département des affaires sociales de la ville de Zurich estime que les conditions pour avoir droit à ces prestations transitoires sont beaucoup trop strictes. Adrian Wüthrich, président de l’organisation faîtière syndicale Travail.Suisse, estime pour sa part que la demande va augmenter. L’instrument est encore trop peu connu, ajoute-t-il.

Plus d’homicides qu’on ne le pense en Suisse

Le nombre de meurtres en Suisse serait deux fois plus élevé que la cinquantaine officiellement répertoriée chaque année, affirme la NZZ am Sonntag, citant Christian Jackowski, le directeur de l’institut de médecine légale de l’université de Berne. La commission des affaires juridiques du Conseil des Etats réclame un rapport au Conseil fédéral. Ce sont avant tout les homicides par empoisonnement, par étouffement ou par noyade qui pourraient passer sous le radar, car l’examen médical du corps est limité par des dispositions légales ou n’est pas effectué avec suffisamment de soin. La Société suisse de médecine légale (SSML) plaide également pour une adaptation des dispositions du code de procédure pénale.

Le bitume phono-absorbant s’use plus rapidement

Le bitume phono-absorbant, très efficace pour lutter contre le bruit des véhicules, s’use bien plus rapidement que le revêtement normal, affirme Le Matin Dimanche. Il faut le changer tous les 15 ans environ, alors que les enrobés ordinaires tiennent jusqu’à 25 ans. Il demande également plus d’entretien et entraîne donc des surcoûts. «La porosité est intéressante pour limiter le bruit, mais cela fait que le revêtement est mou», explique dans le journal Jean-François Molinari, professeur à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), spécialiste en usure des matériaux. «Ces revêtements ont des super propriétés les premières années, avant que cela ne se dégrade très vite». Avec une usure normale, le gain de 8 décibels à la pose, dans une zone à 50 km/h, se réduit à 4 décibels après quinze ans.

Les hôtels à la traîne en terme d’énergie

Seul un hôtel sur cinq est à jour en matière énergétique en Suisse, indique la NZZ am Sonntag, qui relaie une enquête d’Hotelleriesuisse, l’association de la branche de l’hébergement. 39% des établissements n’ont pris aucune mesure énergétique et 41% ont été partiellement rénovés pour consommer moins d’énergie. Deux hôtels sur trois sont chauffés par des énergies fossiles. Lorsque les hôteliers décident de rénover leurs établissements, ils investissent dans des zones susceptibles d’être vues par les clients, comme les chambres ou l’espace de bien-être, explique un porte-parole d’Hotelleriesuisse. Les Chambres fédérales ont transmis au Conseil fédéral lors de la session d’automne une intervention parlementaire visant à soutenir les rénovations d’hôtels de montagne.

Appels au boycott au Qatar: l’ambassadeur réagit

L’ambassadeur du Qatar en Suisse, Mohammed Jaham al-Kuwari, rejette dans le SonntagsBlick les appels au boycott de la Coupe du monde de football, qui aura lieu l’année prochaine dans la monarchie du golfe Persique. «Je me demande si ceux qui appellent à un boycott connaissent vraiment notre pays», déclare-t-il. Le Qatar peut être critiqué, mais ceux qui le font doivent être prêts à dialoguer, ajoute-t-il. «Nous sommes ouverts et cherchons le contact avec nos détracteurs», lance-t-il. Selon le diplomate, le Qatar n’est «peut-être pas encore une démocratie comme la Suisse», «mais nous démocratisons notre pays pas à pas». Les données concernant les travailleurs migrants morts sur des chantiers au Qatar ne sont pas justes et les accusations liées aux décès sont «en tout cas exagérées», assure Mohammed Jaham al-Kuwari.