Jeux Olympiques de Rio: rien n'arrête Mo Farah dans le 10'000 m, même pas une chute!

Le Britannique Mo Farah a remporté le 10'000 m à Rio malgré une chute! Il décroche ainsi son 3e titre olympique.

14 août 2016, 13:20
Mo Farah a mené une course hors-norme.

Une course pour l'Histoire, à double titre! Comme Lasse Viren aux JO de 1972 à Munich, Mo Farah a remporté le 10'000 m à Rio après avoir trébuché en course, dans le peloton. Mais surtout, le Britannique, avec ce troisième titre olympique, préserve son invincibilité au niveau planétaire qui dure depuis 2011.

Farah, à 33 ans, n'a rien perdu de sa vélocité. Il a pris les commandes plus tôt que prévu, quelques tours avant la fin, sans attendre la cloche cette fois. Mais le Kényan Paul Tanui a répliqué, si bien que le Britannique a dû en "remettre une couche" dans la dernière ligne droite pour glaner l'or, sous les ovations du public, en 27'05''17. Tanui prend l'argent en 27'05''64 et l'Ethiopien Tamirat Tola le bronze en 27'06''26.

Et pourtant, ce diable de Farah avait trébuché dans le premier tiers de la course, accroché par... son partenaire d'entraînement, l'Américain Galen Rupp. Les Kényans et Ethiopiens n'en ont pas profité, hésitant trop longtemps avant de réellement durcir l'allure.

 

 

Un nouvelle fois, les Africains auront donc échoué à dérégler la formidable mécanique de l'enfant de Mogadiscio. Farah est désormais en route vers un quatrième doublé planétaire consécutif, lui qui partira également favori du 5000 m à Rio. Il a réalisé le doublé 5000-10'000 aux JO 2012 et aux Mondiaux 2013 et 2015, sans compter cinq titres européens. Il est invaincu sur 5000 et 10'000 en grand Championnat depuis sa défaite en finale du 10'000 m aux Mondiaux de Daegu en 2011. Un bail.

"Oh, mon Dieu!"

"Quand je suis tombé, j'ai pensé: 'Oh, mon Dieu! Je me suis simplement relevé et j'ai cherché à rester avec les gars, à rester fort. Ce n'est jamais facile, mais chacun sait ce dont je suis capable. J'ai songé à tout le travail que j'avais fait, que tout ça pourrait s'envoler en une minute. Je n'allais pas lâcher. Je me suis vite relevé. J'ai pensé à ma famille (il est père de trois enfants, dont des jumelles). C'était très émotionnel", a déclaré Farah. Pour l'anecdote, celui-ci est pote avec Usain Bolt, avec lequel il partage le même manager, Ricky Simms.

Il faut croire que les femmes en quête d'un triplé olympique sont maudites. Après Tirunesh Dibaba, sur 10'000 m, et Valerie Adams, au poids, Shelly-Ann Fraser-Pryce aurait pu devenir à Rio la première femme de l'histoire à décrocher trois sacres olympiques dans une même discipline. Mais elle aussi a échoué. "Pocket Rocket" avait pourtant signé le meilleur temps des demi-finales.

Mais la sprinteuse de poche aux cheveux teints en vert et jaune, les couleurs de son pays, s'est fait brûler la politesse par sa compatriote Elaine Thompson. Ce n'est pas une surprise: cette dernière détenait le meilleur temps de la saison (10''70). Elle a fait la différence à la mi-course pour l'emporter en 10''71, assez loin devant l'Américaine Tori Bowie, argentée en 10''83, et Fraser-Pryce (10''86).

Thompson, 24 ans, est entraînée par Stephen Francis, le coach d'Asafa Powell. Elle ne s'est révélée que l'an dernier, avec sa médaille d'argent sur 200 m aux Mondiaux de Pékin, où Dafne Schippers, dorée, lui avait encore fait de l'ombre. Samedi, la Néerlandaise n'a fini que 5e du 100 m, mais elle aura à nouveau de meilleures chances sur le demi-tour de piste.

Dernier essai

Greg Rutherford a dû céder son titre à la longueur. Et une nouvelle fois, comme ces derniers jours au poids dames et au disque messieurs, le renversement s'est produit au dernier essai. L'Américain Jeff Henderson a coiffé tout le monde grâce à un ultime bond à 8m38, au terme d'un concours marqué par un incessant chassé-croisé.

Le Sud-Africain Luvo Manyonga venait de prendre la tête à son 5e essai avec 8m37, mais il ne lui reste finalement que le goût de l'argent, amer vu les circonstances. Le valeureux Rutherford, qui avait tout gagné ces dernières années (JO, Mondiaux, Européens...), a lâché sa couronne non sans combattre (bronze avec 8m29).

Pour Henderson, 27 ans, "petit" gabarit de 1m78, c'est la consécration, lui qui n'avait jamais rien gagné jusque-là au plus haut niveau, à part quelques meetings dont Athletissima en 2014.

Les demi-finales ont du 800 m ont montré la belle montée en puissance de David Rudisha. Le Kényan, moins étincelant depuis deux saisons, semble ressurgir à point nommé, quatre ans après son sacre olympique à Londres. Il a largement dominé ces demies, en 1'43''89.

La finale du 400 m s'annonce de toute beauté. Le Grenadien Kirani James, tenant du titre, a signé le meilleur temps des demies en 44''02. Il se méfiera de l'Américain LaShawn Merritt, qui le talonne et d'un autre athlète de la Grenade, la révélation Bralon Taplin (44''44 samedi).