Suisse-UE: Berne prête à riposter si l'équivalence boursière n'est pas prolongée

L'équivalence boursière, accordée par l'Union européenne à la Suisse jusqu'à la fin du mois de juin, pourrait ne pas être prolongée par Bruxelles, sur fond de négociation de l'accord-cadre entre notre pays et l'UE. Berne se dit prêt à riposter.
24 juin 2019, 14:30
Le Département des finances n'hésitera pas à couper l'accès à la bourse de Zurich aux acteurs de l 'Union européenne.

Le Département fédéral des finances (DFF) rappelle lundi être prêt à activer sa riposte en cas de non-reconduction par l'Union européenne de l'équivalence boursière, temporairement accordée jusqu'à la fin du mois de juin. En l'absence d'accord, les places européennes admettant le négoce de titres suisses devront dès la mois de juillet obtenir une reconnaissance.

Le communiqué de l'administration fédérale souligne que l'activation de cette mesure n'a d'autre but que de protéger le fonctionnement de l'infrastructure boursière helvétique. Les plateformes européennes auraient subséquemment interdiction de proposer ou d'autoriser le négoce de certaines actions de sociétés suisses.

SIX se prépare au pire

La mesure avait déjà été adoptée en novembre 2018 par le Conseil fédéral.

L'opérateur de la place zurichoise se dit de son côté prêt à l'activation de l'ordonnance arrêtée par le gouvernement et souligne que la balle est toujours dans le camp de la Commission européenne, aucune décision n'ayant encore été prise. SIX ajoute avoir d'ores et déjà tissé des liens directs avec tous ses clients afin de ne pas perturber les transactions.

Un processus accéléré a été déployé pour attirer de nouveaux participants, poursuit le communiqué.