Réservé aux abonnés

Saint-Gobain peine à calmer la colère de sa proie suisse

INDUSTRIE Alors que le groupe français a entamé le rachat du chimiste suisse Sika, ce dernier tente de préserver son autonomie.

23 déc. 2014, 00:01
data_art_2827642.jpg

"Nous demandons à ce que Saint-Gobain vende le spécialiste des mortiers, Weber, à notre entreprise" , explique Paul Haelg, président de Sika. Une dizaine de jours après l'annonce de la prise de contrôle du suisse Sika par le français Saint-Gobain, le conseil d'administration et l'équipe de direction de Sika ne digèrent toujours pas l'opération.

Une main mise par la ruse

Si ce rachat suscite une telle émotion en Suisse, c'est que le champion tricolore (42 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2013) a usé d'une astuce pour mettre la main sur le roi de la chimie de la construction (4,3 milli...