Réservé aux abonnés

Les véritables raisons des intimidations américaines

Par des démonstrations de force, la justice américaine veut peser sur les banques suisses. Elles seraient poussées à changer de catégories.
29 oct. 2013, 00:01
data_art_1914990.jpg

Plus d'une semaine après l'arrestation de l'ancien responsable mondial de la gestion de fortune d'UBS Raoul Weil, les interrogations sur le sens de cette opération, qui comprend plusieurs éléments surprenants, vont toujours bon train. Faire peur aux banquiers qui ont timidement recommencé à se déplacer à l'étranger paraît plus un effet secondaire qu'un véritable objectif des Etats-Unis.

Les déclarations récentes dans le "Tages-Anzeiger" de Renzo Gadola - ancien collaborateur d'UBS condamné en novembre 2011 en Floride à une peine de cinq ans avec sursis avec obligation de se rendre chaque anné...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois