Les exportations suisses en stagnation sur les neuf premiers mois 2013

Les neuf premiers mois de l'année 2013 ont vu une stagnation du commerce extérieur suisse.
22 oct. 2013, 10:46

Le commerce extérieur suisse a stagné sur les neuf premiers mois de l'année. Les exportations ont crû de seulement 0,4% à 150,1 milliards de francs. C'est l'industrie des denrées alimentaires, des boissons et du tabac qui s'est révélée la plus dynamique, avec un essor de 9,9%.

Suivent le secteur des matières plastiques (+4,3%) et celui de la pharma et de la chimie (+3,5%). Les domaines des instruments de précision (+3,0%), de l'horlogerie (+1,9%) et de la métallurgie (+0,1%) inscrivent aussi des progressions, selon les statistiques de l'Administration fédérale des douanes (AFD) publiées mardi.

A contrario, l'industrie du papier et des arts graphiques tire toujours la langue (-3,4%). De même que celle des machines et de l'électronique (-1,5%) et celle du textile (-0,8%).

Globalement, les échanges avec l'Union européenne, qui sort à peine de la récession, restent à la peine (-1,1%). Avec les deux poids lourds que sont l'Allemagne et la France, ils ont même nettement reculé, de respectivement 5,8% et 3,8%. Pas de grosse inquiétude à nourrir, du reste: ces baisses sont dues à des facteurs particuliers.

Système de relevé de l'électricité modifié

Concernant le repli du géant d'outre-Rhin, il est lié à une modification de la comptabilisation de l'électricité. Les flux transfrontaliers d'électricité entre entreprises sont désormais calculés en valeurs nettes et non plus brutes pour une image plus proche de la situation physique, explique Gerold Truniger, de la section Statistique et perspectives de l'Office fédéral de l'énergie.

Jusqu'ici, les chiffres de l'électricité se rapportaient aux engagements contractuels et non pas aux flux transfrontaliers physiques, poursuit l'expert. Ce changement implique, notamment avec l'Allemagne, une diminution du volume des exportations et des importations.

Quant au fléchissement du voisin d'outre-Jura, il relève d'un effet de base. L'an dernier, l'Hexagone avait importé des pièces dans le cadre d'expositions qui n'ont pas eu lieu cette année, indique Sébastien Dupré, chef de la section statistique de l'AFD.

Avec l'Asie (-0,3%), la situation est contrastée. Si les envois vers la Chine ont grimpé de 7,4%, ils ont chuté de 9,5% avec le Japon et de 16,2% avec l'Inde. La tendance est positive côté nord-américain (+5,9%): les Etats-Unis affichent une amélioration de 5,6%.

Bond de l'Argentine

Au sud du continent (+9,2%), les échanges ont progressé de 1,7% avec le Brésil et de 47,4% avec l'Argentine. Avec l'Afrique, ils ont augmenté de 2,9%. Contraction, en revanche, avec l'Océanie (-4,2%).

De manière générale, sur le seul mois de septembre, les exportations se sont étoffées de 2,2% à 16,9 milliards de francs, grâce à un jour ouvrable de plus. Corrigées de cet effet, elles ont baissé de 3,0%. A titre de comparaison, les chiffres aoûtiens faisaient état d'un reflux de 5,8% ou de 1,7% après révision des jours ouvrables.

Le troisième trimestre a, néanmoins, enregistré une légère embellie. Les exportations globales se sont améliorées de 0,7% à 49,9 milliards de francs. L'industrie des denrées alimentaires, des boissons et du tabac signe sur cette période sa deuxième performance trimestrielle depuis 1988, souligne l'AFD.

De leur côté, les importations se sont contractées de 1,1% à 43,04 milliards de francs de juillet à septembre et de 0,8% à 130,9 milliards sur neuf mois. La balance commerciale boucle sur un excédent de 19,17 milliards de janvier à septembre.