Les experts de l'immobilier ne voient pas de bulle poindre à l'horizon

Même si les prix de l'immobilier poursuivent leur ascension dans certaines régions, les experts refusent d'y voir un quelconque signe de bulle immobilière.

16 oct. 2012, 16:25
L'Union suisse des professionnels de l'immobilier recommandait des tarifs pour les prestations des gérances.

Malgré la hausse des prix de l'immobilier dans certaines régions, les experts refusent d'y voir un quelconque signe de bulle immobilière.

Débattant du sujet mardi à Bâle lors d'une rencontre organisée par BAKBASEL, ceux-ci prévoient une vive croissance des besoins en logements jusqu'en 2025.
 
Suivant les régions, les prix de l'immobilier atteignent des sommets en Suisse.
 
Selon les derniers chiffres disponibles, ceux-ci ont par exemple augmenté cette année de 6% à Zurich.
 
Mais il n'y a aucune raison de craindre l'éclatement d'une bulle du fait que l'on observe pour l'heure peu de changements rapides de propriétaires, signe de spéculation - et que le rythme des constructions est inférieur à la demande, a indiqué Patrik Schellenbauer d'Avenir Suisse.
 
Selon le spécialiste, la croissance de la population, l'immigration et la tendance à des logements plus spacieux vont contribuer à accroître les besoins à quelque 55'000 nouveaux logis chaque année.
 
S'il observe un certaine surchauffe dans 100 des 2500 communes de Suisse, notamment dans l'Arc lémanique, à Zurich et les régions touristiques, Jan Bärthel, expert du cabinet spécialisé Wüest & Partner, refuse lui aussi de voir une bulle.