Réservé aux abonnés

L’empire Bastos fissuré de toutes parts

L’homme d’affaires fribourgeois Jean-Claude Bastos, qui gère le Fonds souverain angolais, végète en prison à Luanda.
27 nov. 2018, 00:01
DATA_ART_5703969

«J’ai la conscience tranquille. Je n’ai rien fait d’illégal.» Il y a pile une année, l’homme d’affaires Jean-Claude Bastos de Morais balayait, en deux petites phrases, les suspicions de détournement des richesses de l’Angola, soulevées par les Paradise Papers. L’investisseur, né à Fribourg il y a 51 ans, assurait n’avoir rien à se reprocher dans la gestion pourtant opaque du Fonds souverain angolais (FSDEA), à hauteur de trois milliards de dollars sur un portefeuille total de cinq milliards, par sa société Quantum Global, basée à Zoug.

Aujourd’hui, le discours n’a pas changé d’un iota. A la dif...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois