Le FMI met en garde contre des risques pesant sur l'économie mondiale

Le Fonds monétaire international (FMI) mets en garde contre les risques menaçant la croissance économique mondiale. Il pointe du doigt les économies avancées pour relancer la croissance.

08 mars 2016, 19:25
David Lipton (à gauche), numéro deux du FMI, en compagnie de Christine Lagarde (à droite), directrice générale du FMI, sont inquiets de la croissance économique mondiale

Le Fonds monétaire international (FMI) a mis en garde mardi contre les risques pesant sur la croissance économique mondiale. Et il a de nouveau appelé à davantage d'actions concertées pour y faire face.

Le numéro deux du FMI David Lipton a déploré, dans un discours, l'impression générale "dangereuse" selon laquelle les responsables politiques ont épuisé leurs options pour relancer la croissance ou manquaient de volonté pour le faire.

Il a recommandé au contraire une expansion des efforts de relance, notamment budgétaire et monétaire. Il a aussi exhorté à davantage de réformes structurelles.

Les mesures de relance budgétaire, notamment par le biais de dépenses publiques et de réductions d'impôts, "doivent prendre une place plus importante dans le cocktail des politiques mises en oeuvre", a affirmé M. Lipton lors d'un discours devant l'association des économistes d'entreprise (NABE) à Washington.

"La tâche de relancer la croissance incombe davantage aux économies développées. Ces dernières disposent de davantage de marge de manoeuvre budgétaire", a-t-il également affirmé.

Risques accrus

"Les risques pesant sur la croissance sont clairement plus prononcés qu'auparavant. Et la nécessité d'actions plus fortes et concertées s'est renforcée", a souligné le numéro deux du FMI, selon le texte de son discours.

Les dernières prévisions de croissance du FMI pourraient ainsi se révéler trop optimistes face au mouvement de retrait des capitaux des économies émergentes et au ralentissement du commerce international. Il a également cité "la volatilité sur les marchés financiers" et la chute des prix des matières premières comme sujets d'inquiétude pour la croissance mondiale.

Il a aussi mis en garde contre les conséquences de politiques protectionnistes et de dévaluation compétitive qui sont, selon lui, des "politiques à somme nulle" qui "aggraveront la situation de tous les pays".

Le FMI avait déjà lancé un appel similaire, avant le sommet du G20 le moins dernier à Shanghai. Mais l'Allemagne, notamment, s'était opposée à des politiques de relance monétaire et budgétaire.