Le boss de LVMH confiant pour 2012

Le premier trimestre 2012 de LVMH est «en croissance» sur un an et meilleur que les trois derniers mois de l'exercice 2011, selon le directeur général Bernard Arnault. Ce dernier a redit, lors de l'assemblée générale du groupe, sa «confiance» pour les performances de LVMH sur l'ensemble de cette année.

05 avr. 2012, 14:22
«Le premier trimestre est en croissance sur un an et supérieur au dernier trimestre de l'an dernier, donc ça ne commence pas trop mal», a déclaré jeudi Bernard Arnault.

«Le premier trimestre est en croissance sur un an et supérieur au  dernier trimestre de l'an dernier, donc ça ne commence pas trop  mal», a déclaré jeudi M. Arnault. C'est pourquoi «nous sommes  relativement confiants pour le développement de nos affaires» en  2012, a-t-il dit.

LVMH doit publier son chiffre d'affaires du premier trimestre à  la fin avril. L'an dernier, les ventes du géant mondial du luxe LVMH  avaient bondi de 17% au premier trimestre, à 5,24 milliards d'euros  (6,3 milliards de francs).

Le numéro un du luxe mondial (Louis Vuitton, Céline, Givenchy,  Dom Pérignon et les marques horlogères Zenith, Hublot et Tag Heuer notamment) a publié début février des résultats record pour  l'année 2011, avec des ventes supérieures à 23 milliards d'euros, un  résultat opérationnel de plus de 5 milliards et un bénéfice net de  plus de 3 milliards.

Dividende plus élevé

«Il faut rester attentifs aux turbulences potentielles (dans le  monde), aux conséquences des problèmes qu'il peut y avoir sur la  monnaie européenne, mais malgré tout nous continuerons sur notre  voie, à investir sur nos affaires», a ajouté M. Arnault. «Le monde  dans son ensemble va connaître une croissance de l'ordre de 4%, et  nous exportons à 80%», a-t-il encore dit pour expliquer son  optimisme.

M. Arnault a affirmé que l'objectif de LVMH n'était «pas vraiment  le chiffre d'affaires mais de donner la meilleure qualité à nos  clients pour enrichir l'image de nos marques, le plaisir de nos  actionnaires et par conséquent la rentabilité pour nos actionnaires».