La raffinerie de Cressier obtient un sursis de six mois

La raffinerie de Cressier a obtenu aujourd'hui un sursis concordataire de 6 mois.

30 mars 2012, 17:48
02283924

Après Petroplus Holdings, la raffinerie neuchâteloise vient d'obtenir à son tour un sursis concordataire de six mois. Le tribunal régional l'a accordé ce vendredi à Petroplus Refining Cressier SA, société propriétaire et exploitante de la raffinerie.

Le rapport des commissaires au sursis provisoire et les explications fournies par ces mêmes commissaires en audience permettent de qualifier de sérieuses les chances d'aboutir du concordat envisagé par la société, a indiqué le juge en charge du  dossier Yves Fiorellino dans un communiqué.

Selon le juge, la poursuite d'une activité de veille, à la raffinerie, dans la perspective d'une probable prochaine vente des  actifs de la société, se justifie. Les ressources nécessaires au  maintien de cette activité lui apparaissent en l'état disponibles.

L'intérêt général à préserver les chances d'une reprise de l'activité industrielle de la raffinerie de Cressier et l'intérêt  social au maintien des emplois ont été également pris en compte au  moment de statuer. Les co-commissaires, Brigitte Umbach-Spahn et  Vincent Jeanneret, sont reconduits dans leurs fonctions.

Petroplus à Cressier était au bénéfice d'un sursis provisoire de  deux mois depuis le 31 janvier. Le site est à l'arrêt depuis la mi- janvier. Quelque 260 employés sont concernés.

Soulagement du gouvernement

Le Conseil d'Etat neuchâtelois a pris acte avec satisfaction du  verdict du Tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers, a  indiqué la Chancellerie d'Etat dans un communiqué. Selon lui, il est  important que la procédure puisse se poursuivre en présence de  garanties financières et dans la mesure où plusieurs repreneurs  potentiels sérieux se sont manifestés.

Pour mémoire, outre la raffinerie de Cressier, Petroplus cherche également à céder ses quatre autres sites. Pour l'heure, seul celui  d'Anvers, en Belgique, a trouvé un repreneur. Le géant du négoce pétrolier Gunvor entend boucler dans les semaines à venir la  transaction.

Petroplus employait jusqu'à sa déconfiture 2500 collaborateurs à  Cressier, à Petit-Couronne (France), Anvers (Belgique), Coryton  (Grande-Bretagne) et Ingolstadt (Allemagne).