La Fed se propose pour réglementer le marché des matières premières

La Réserve américaine (Fed) envisage de réglementer les activités dans les matières premières. Les banques et établissements financiers seraient concernés.

14 janv. 2014, 21:39
La Fed s'interroge sur le fait de gérer les activités des matières premières.

La banque centrale américaine se demande "si de nouvelles restrictions aideraient à s'assurer que les activités liées aux matières premières des établissements financiers soient conduites de manière saine et sûre et qu'elles ne menacent pas la stabilité financière", selon un communiqué.

La Fed sollicite des commentaires sur cette question jusqu'au 15 mars et envisage ensuite de prendre des mesures. Elle concentre sa réflexion sur "la nature des risques que peuvent poser la sécurité et la bonne santé des établissements financiers" et sur "les possibles conflits d'intérêts" que peuvent générer ces activités dans les matières premières.

La Fed s'interroge également sur "les risques et bénéfices qu'il y aurait à imposer de nouvelles règles sur les fonds propres, ou encore à restreindre ou imposer des restrictions sur ces activités", poursuit le communiqué.

Face à la recrudescence de dysfonctionnements et d'accusations de fraudes, la Fed avait déjà indiqué en juillet qu'elle se penchait sur les actifs physiques de matières premières détenus par de très nombreuses banques et qu'elle pourrait revenir sur l'autorisation qu'elle leur a donnée en 2003 de mener de telles activités en marge de leurs négoces de dérivés et courtage de matières premières.

Place proéminente

Trois d'entre elles ont pris une place particulièrement proéminente sur ces marchés, profitant du boom des matières premières depuis dix ans et de la dérégulation bancaire: Goldman Sachs, Morgan Stanley, et JPMorgan Chase génèrent chaque année plusieurs milliards de dollars de revenus dans les hydrocarbures, le charbon, l'électricité ou les métaux.

JPMorgan Chase a d'ores et déjà annoncé qu'elle envisageait de se désengager d'une partie de ses activités de matières premières. Morgan Stanley a annoncé fin décembre la vente au géant russe du pétrole Rosneft de sa division de courtage pétrolier.