Réservé aux abonnés

La Belgique attaque à son tour le numéro un bancaire suisse

Le patron de la filiale belge de l'UBS a été "privé de liberté" pour fraude fiscale grave et appartenance à une organisation criminelle.
20 juin 2014, 00:01
data_art_2416472.jpg

L'étoile d'UBS n'en finit plus de pâlir. Après les Etats-Unis, l'Allemagne et la France, c'est en Belgique que la grande banque suisse, qui tente cahin-caha de se refaire une virginité à l'échelle internationale, est attaquée de front par la justice, pour fraude fiscale.

"Arrestator", tel qu'il est surnommé dans le milieu judiciaire belge, a de nouveau frappé. Le juge d'instruction bruxellois Michel Claise, un grand spécialiste de la criminalité financière, a ordonné hier de priver de liberté - d'arrêter, en clair, fût-ce provisoirement le directeur de la succursale belge d'UBS, Marcel Bruehw...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois