Microsoft va créer en Suisse deux centres de données pour le Cloud

La multinationale américaine va créer deux centres de données pour le Cloud, dans les cantons de Genève et de Zurich. Ils devraient être opérationnels dès 2019.
14 mars 2018, 13:51
Les services qui seront offerts - dont Azure et Office 365 - s'adressent en particulier aux clients traitant des données sensibles, à l'instar du secteur financier.

Microsoft étend son infrastructure "cloud" pour les clients professionnels en Europe. La multinationale américaine a l'intention de créer deux centres de données, dans les cantons de Genève et de Zurich, qui devraient être opérationnels dès 2019.

Microsoft projette d'offrir des services cloud aux entreprises, administrations publiques et organisations non gouvernementales à partir de centres de données localisés dans les cantons de Genève et de Zurich, indique la filiale helvétique du géant américain dans un communiqué publié mercredi. Ces annonces interviennent à l’occasion du Tech Summit qui se tient à Paris jusqu'à jeudi.

Jusqu’à présent, les clients helvétiques des services cloud de Microsoft avaient le choix de stocker leurs données dans des centres en Europe, aux Etats-Unis ou en Asie, indique à l'ats une porte-parole. Elle ne précise toutefois pas la localisation exacte des futurs centres suisses, pour des raisons de sécurité.

Données sensibles

L'option de stockage des données dans les "régions cloud" basées dans les cantons de Genève et Zurich ajoute une nouvelle couche de contrôle. Elle aide aussi les clients à se conformer aux exigences réglementaires, précise la société de Redmond (Washington).

Les services qui seront offerts - dont Azure et Office 365 - s'adressent en particulier aux clients traitant des données sensibles, à l'instar du secteur financier. Microsoft explique travailler depuis plusieurs années avec les institutions financières et les autorités de surveillance en Suisse.

Mercredi, le géant informatique américain a inauguré quatre "datacenters" en France. Ceux-ci viennent compléter l'offre en Europe, qui s'articule désormais autour de deux très gros centres européens de données en Irlande et aux Pays-Bas, complétés par des centres nationaux en Allemagne, au Royaume-Uni et en France.