Emploi: dans dix ans, il manquera 500 000 employés qualifiés en Suisse

La Suisse se dirige tout droit vers une pénurie... de travailleurs qualifiés. Selon une étude de l'UBS, si la croissance de l'emploi suit la courbe des quinze dernières années, dans dix ans, la population active n'aura crû que de 200 000 personnes, alors qu'il en faudrait 700 000.
11 juil. 2019, 10:58
Le domaine des soins et de la santé sera l'un des plus touchés, avec l'enseignement (illustration).

La pénurie de main-d'œuvre qualifiée va s'accentuer en Suisse. Selon les estimations d'UBS, il manquera dans dix ans près d'un demi-million d'employés dans le pays et l'immigration ne pourra pas combler ce déficit.

Sur la prochaine décennie, les spécialistes de la banque aux trois clés s'attendent à une croissance de la population active d'un maximum de 200 000 personnes, ce chiffre comprenant une immigration nette de 60 000 personnes, d'après l'étude publiée jeudi. Si le taux de croissance de l'emploi de 1,3% des quinze dernières années se poursuit, 700 000 nouveaux emplois devraient être créés.

Santé, soins et enseignement touchés

«C'est loin d'être suffisant pour répondre à la demande de main-d'œuvre attendue», ont averti les économistes de l'établissement zurichois.

La demande varie cependant fortement en fonction des secteurs d'activité. Dans la santé, les soins et l'enseignement la demande va progresser, alors qu'elle va stagner dans l'industrie et le commerce.

Pour combler ces fossés sur le marché du travail, la Suisse aurait besoin d'une immigration nette de plus de 100 000 personnes sur les dix prochaines années, ou alors elle doit améliorer les conditions d'accès au marché du travail, pour les femmes notamment.

La clé? Les femmes

«Les femmes dont les enfants ont achevé leur scolarité obligatoire pourraient augmenter leur taux d'occupation et, ainsi, leur engagement sur le marché du travail», a estimé la grande banque, rappelant que 80% des Suissesses occupent un emploi, dont 45% à temps partiel.

Avoir recours aux seniors pourrait également constituer une piste, en «flexibilisant» l'âge de départ à la retraite.