Effectif record depuis 1975 dans l'industrie horlogère suisse

Depuis la crise horlogère de 1975, jamais la branche n'avait employé tant de monde.

22 mai 2013, 10:02
L'atelier chaux-de-fonnier LMEC, spécialisé dans l'outillage, propose aux néophytes de s'initier à l'horlogerie.

En 2012, les effectifs de l'industrie horlogère et microtechnique suisse ont atteint 55'816 personnes, 3013 (+5,7%) de plus qu'en 2011. Il faut remonter à 1975, au début de la crise horlogère, pour trouver un chiffre supérieur, a relevé mercredi la Convention patronale (CP). 

Ce résultat, qui reflète la situation au 28 septembre dernier, ressort du recensement annuel effectué par la CP, l'association faîtière des employeurs de l'industrie horlogère et microtechnique. A l'issue de la crise horlogère, en 1987, les effectifs du secteur étaient descendus sous la barre des 30'000 personnes.

Dans le détail, l’augmentation en 2012 concerne principalement le personnel administratif(+6.5%/+757 unités) et de production (+5.7%/+2'246). Vient ensuite le personnel de direction (1.2%/+18 ). Le personnel à domicile perd 8 unités(-2.8%), poursuivant sa tendance baissière observée depuis plusieurs années.

L’ «Arc horloger» concentre l’essentiel des activités et des ressources du secteur : formée par Neuchâtel, Berne, Genève, Jura, Vaud et Soleure, la région réunissait en 2012 51’029 travailleurs et 517 entreprises, soit le 91% des effectifs et des maisons horlogères.