E-cigarettes: le géant américain Juul, qui fait un tabac auprès des ados, débarque en Suisse

Vous connaissez Juul? Aux Etats-Unis, c'est le numéro 1 de la cigarette électronique, avec les trois-quarts du marché. Et il est particulièrement à la mode... chez les ados. Son arrivée en Suisse ne se fait donc pas sans inquiétudes. Mais la marque l'assure: elle ne cible que les adultes.
04 déc. 2018, 16:48
Juul ne compte pas profiter du vide juridique qui permet aujourd'hui de vendre des e-cigarettes aux mineurs.

Les e-cigarettes de Juul sont désormais disponibles en Suisse. Alors qu'aux Etats-Unis, les vapoteuses du groupe californien font un tabac auprès des ados, ses dirigeants tentent de rassurer.

"Notre groupe cible, ce sont les adultes", a assuré mardi devant les médias à Zurich le fondateur de l'entreprise basée à San Francisco, Adam Bowen. Juul ne vendra pas de cigarettes électroniques aux mineurs, a renchéri Jonathan Green, responsable du marché helvétique. Des achats tests seront effectués pour s'en assurer. Sur les affiches publicitaires, les mannequins ont la trentaine.

Aux Etats-Unis, les adolescents posent par milliers sur les réseaux sociaux avec les e-cigarettes de la marque. Le petit appareil rectangulaire, qui ressemble à une clé USB, est ultra-tendance. En trois ans d'existence, Juul a effacé tous ses concurrents. Il s'est approprié les trois-quarts du marché nord-américain de la vapote.

Effets à long terme pas connus

La firme se positionne en disant vouloir offrir une "voie pour sortir du tabac" aux 1,78 million de fumeurs adultes que compte la Suisse. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) déconseille aux non-fumeurs de consommer les cigarettes électroniques de Juul.

Les conséquences à long terme sur la santé ne sont pas connues et la nicotine peut rendre dépendant, souligne le porte-parole de l'OFSP Adrian Kay. Néanmoins, l'office estime que les e-cigarettes sont "sûrement" nettement moins nocives pour la santé que leurs ancêtres à combustion.

 

 

Lacunes dans la protection de la jeunesse

La vente de cigarettes électroniques, notamment aux mineurs, n'est pas réglée en Suisse au niveau fédéral pour le moment. Afin de combler les lacunes dans la protection de la jeunesse, l’Office fédéral de la sécurité alimentaire (OSAV) a invité l'été dernier les représentants des professionnels de la branche à une table ronde pour chercher des solutions.

Sur une base volontaire, certains vendeurs ont accepté de ne pas vendre ces produits à des mineurs. Juul, qui n'a pas participé à la table ronde, a entre-temps aussi signé un code de conduite concernant l’âge minimal de vente d'e-cigarettes aux jeunes ainsi que les restrictions de publicité, a expliqué à Keystone-ATS Stefan Kunfermann, porte-parole de l'OSAV.