De Grisogono change de mains, Fawaz Gruosi reste aux commandes

Le joaillier et horloger genevois De Grisogono change de mains. Le fondateur de la marque de luxe Fawaz Gruosi a vendu la majorité de ses actions à plusieurs investisseurs, notamment angolais.

26 mars 2012, 13:45
de-grisogono-watch-meccanico-dg-2008-dial

Les acheteurs sont des investisseurs privés européens et  africains qui comptent des mines de pierres précieuses dans leur  portefeuille historique, selon un communiqué de De Grisogono.  Certains viennent de l'Angola, précise Fawaz Gruosi dans une  interview au «Matin Dimanche».

«Etant une société privée et non cotée, nous ne pouvons donner  des informations sur nos actionnaires», ajoute-t-il. Le nouveau  groupe d'investisseurs est majoritaire, mais «je reste un  actionnaire significatif en tant que fondateur, directeur exécutif  et directeur de la création», relève M. Gruosi. Selon certaines  sources, sa participation serait passée de 60% à 15%.

L'entreprise a nommé un nouveau président directeur général,  Nicolas Abboud, et un nouveau directeur financier, Sylvère  Demonsais. Gerald Roden, directeur de De Grisogono depuis 2010, a  quitté ses fonctions au terme de son mandat, selon le communiqué.

Pas de dettes

Ce rachat a permis à la société genevoise d'effacer ses dettes  bancaires, indique M. Gruosi dans «Le Matin Dimanche». Les nouveaux  partenaires sont en outre prêts à aider à la réalisation d'un  nouveau site dans la région genevoise, idéalement à Plan-les-Ouates.  Ils ont aussi promis de financer le développement de l'entreprise  sur les cinq prochaines années de manière substantielle.

L'arrivée des investisseurs angolais donne accès à des «pierres  précieuses de très haute qualité», poursuit M. Gruosi. Il rejette  toutefois tout lien entre ces actionnaires et les «diamants du sang».

En 2009 déjà, en difficulté, De Grisogono avait ouvert son  capital. Fawaz Gruosi avait cédé 39% de ses parts à un pool  d'investisseurs composé de proches et d'amis pour 43 millions de  francs. En 2007, le créateur de la marque avait lui-même racheté la  participation de 49% détenue par la maison Chopard.