Banques: l'Etat de Virginie attaque à son tour les filiales d'UBS et de Credit Suisse

Chaque semaine amène son lot d'attaques contre les banques suisses. C'est au tour de l'Etat de Virginie de s'en prendre aux filiales d'UBS et de Credit Suisse. Il leur reproche la vente de crédits hypothécaires pourris. Au total, la Virginie réclame 1 milliard.

17 sept. 2014, 07:33
ARCHIV - ZUR BEKANNTMACHUNG DER ZAHLEN DES ERSTEN QUARTALS DER CREDIT SUISSE STELLEN WIR IHNEN FOLGENDES BILDMATERIAL ZUR VERFUEGUNG - Das Logo der Credit Suisse aufgenommen am 12 Mai 2010 in Oerikon. Der Reingewinn fiel im ersten Quartal im Vergleich zum Vorjahr um rund ein Drittel auf 859 Mio. Franken, obwohl sich die Bank in der Vermoegensverwaltung verbessern konnte. (KEYSTONE/Steffen Schmidt)

L'Etat de Virginie (est des Etats-Unis) poursuit en justice les filiales de 13 banques, dont UBS et Credit Suisse. Comme le procureur Mark Herring l'a annoncé mardi, ces établissements se voient reprocher d'avoir revendu des crédits hypothécaires pourris au fonds de pension de l'Etat de Virginie avant la crise financière.

L'Etat exige une compensation totale qui s'élève à 1,15 milliard de dollars (1,07 milliard de francs). Sont également visés par la plainte Barclays, Citigroup, Bank of America, Deutsche Bank, Goldman Sachs, Royal Bank of Scotland, HSBC, Morgan Stanley et JPMorgan.

"Ces banques ont menti à la Virginie, faisant perdre aux contribuables et fonctionnaires des centaines de millions de dollars" en 2010, a souligné Mark Herring dans un communiqué. Les représentants de ces établissements n'ont pas souhaité répondre aux questions de Reuters ou n'étaient pas atteignables.

De nombreuses grandes banques ont dû mettre la main au porte-monnaie ces derniers mois au vu de leur comportement pendant la crise financière, parmi lesquelles UBS et Credit Suisse. Toutes deux ont également payé des amendes pour avoir aidé des clients américains à dissimuler leur argent au fisc.