Votations fédérales du 9 février 2020
 09.02.2020, 07:00
Lecture: 9min

Comment Mathias Reynard a donné son nom à la norme pénale contre l'homophobie

Premium
chargement
Avec son projet de loi, Mathias Reynard a alterné les périodes d’optimisme, de doutes et les attentes interminables.

Politique La lex Reynard. C’est plus vite dit que l’extension de l’article 261 bis du Code pénal à l’interdiction de la discrimination en raison de l’orientation sexuelle. C’est par contre très lent à faire entrer en vigueur. Récit d’une aventure de sept ans, si caractéristique de la temporalité de la démocratie suisse.

Dimanche 9 février 2020. Le peuple suisse plébiscite la lex Reynard à 63%. Le Code pénal interdit désormais de discriminer les homosexuels. A la genèse de ce projet porté par un seul homme, Mathias Reynard a dû attendre sept ans, pour que soit simplement ajouté «ou de leur orientation sexuelle» à la norme pénale antiracisme.

A lire aussi : C’est long, mais bon de gagner en politique: l’édito de Stéphanie Germanier (9...

À lire aussi...

PolitiqueComment comprendre le non du Haut-Valais à la norme contre l'homophobieComment comprendre le non du Haut-Valais à la norme contre l'homophobie

ZoomVotations fédérales du 9 février: découvrez les résultats commune par communeVotations fédérales du 9 février: découvrez les résultats commune par commune

live
VerdictVotations fédérales: les Suisses rejettent l'initiative sur le logement à 57,1% et acceptent la norme anti-homophobie à 63,1%Votations fédérales: les Suisses rejettent l'initiative sur le logement à 57,1% et acceptent la norme anti-homophobie à 63,1%

HomophobieC’est long, mais bon de gagner en politique: l’édito de Stéphanie GermanierC’est long, mais bon de gagner en politique: l’édito de Stéphanie Germanier

VotationsLe Haut-Valais dit non à la Lex Reynard contre l’homophobieLe Haut-Valais dit non à la Lex Reynard contre l’homophobie

Top