Votations fédérales: à un mois du vote, l’initiative anti-burqa continue de convaincre

Le deuxième sondage de Tamedia confirme la tendance du premier en ce que concerne l’initiative «oui à l’interdiction de se dissimuler le visage» qui serait acceptée par 65% des personnes interrogées.
10 févr. 2021, 10:12
/ Màj. le 10 févr. 2021 à 10:12
Même au sein des sympathisants des partis de gauche, plus d'un tiers est favorable à l'initiative.

L’initiative «oui à l’interdiction de se dissimuler le visage» serait acceptée par 65% des votants le 7 mars, selon le deuxième sondage publié par Tamedia mercredi, confirmant les résultats de la première enquête. Le soutien à la loi sur l’identification électronique diminue alors que l’accord de libre-échange avec l’Indonésie divise.

A lire aussi : Votations fédérales: les Suisses ont des avis tranchés sur l’initiative anti-burqa (22.01.2021)

Près de deux tiers (65%) des personnes interrogées dans le cadre du sondage 20 Minutes/Tamedia soutiennent aujourd’hui l’initiative anti-burqa. C’est 2 points de plus que le 22 janvier, date de la publication de la première enquête. La proportion de votants qui la rejettent recule de 35 à 34%.

 

 

Un clivage gauche-droite se dessine. Mais même au sein des sympathisants des partis de gauche, plus d’un tiers est favorable à l’initiative. Son approbation est plus faible dans les villes (56%) que dans les zones rurales (70%).

L’E-ID en perte de vitesse

Les résultats de ce deuxième sondage montrent en revanche que le soutien à la loi sur l’identification électronique (E-ID) diminue de 45 à 40%. A l’inverse, le «non» gagne 8 points, pour atteindre 55%. Parmi les sondés, 5% se déclarent indécis.

 

 

Libre-échange: encore 13% d’indécis

Le vote sur l’accord de libre-échange entre les Etats membres de l’AELE et l’Indonésie s’annonce ouvert. Parmi les personnes interrogées, 13% sont encore indécises, contre 20% mi-janvier.

 

 

Par rapport au premier sondage, les opposants gagnent du terrain, passant de 39 à 44%. Le «oui» progresse également, de 41 à 43%. 
 L’enquête a été menée les 4 et 5 janvier auprès de plus de 14’204 personnes de toute la Suisse.