Votations fédérales du 4 mars 2018
 19.02.2018, 10:34

Valais: six partis contre la «blochérisation» des médias

chargement
1/2  

 19.02.2018, 10:34 Valais: six partis contre la «blochérisation» des médias

No Billag En cas de oui à la suppression de la redevance, les médias qui en vivent aujourd'hui disparaîtraient au profit de diffuseurs privés et de médias étrangers craignent PDC, PLR, PS, Centre Gauche PCS, Les Verts et le RCV.

PDC, PLR, PS, Centre Gauche PCS, Les Verts et le Rassemblement citoyen valaisan ont donné une conférence de presse commune lundi matin pour combattre «No Billag». Seules l’UDC et l’extrême-gauche manquent donc à l’appel des partis pour lutter contre cette initiative soumise au peuple suisse le 4 mars prochain.

Se méfier des sondages

Les orateurs refusent de se fier aux sondages qui prédisent une claque à «No Billag». Bernard Attinger (Centre gauche PCS) craint que les Suisses allemands, qui ont moins à perdre avec «No Billag», pourraient être tentés par la suppression de la redevance.

La conseillère nationale Géraldine Marchand-Balet (PDC) déclare que le 4 mars la Suisse pourrait devenir le seul pays d’Europe à ne pas disposer d’un service public médiatique. Elle rappelle que 160 parlementaires fédéraux se sont mobilisés contre cette initiative. «C’est du jamais vu, ce qui montre l’ampleur du risque encouru», estime-t-elle en ajoutant que «No Billag» détruirait notre démocratie».

200 emplois valaisans en jeu

Les représentants des partis évoquent l'aspect économique qu'il y a derrière «No Billag». Jean-Pascal Fournier (Vert) déclare que «la pub et les abonnements ne permettent pas de compenser l'absence de redevances». Jean-Claude Vocat (PLR) évoque «le marché romand trop étroit pour être rentable». Il craint une arrivée des médias étrangers, une «blochérisation» des médias et une couverture locale réduite.

De son côté, le syndicaliste Blaise Carron (PS) attire l'attention sur le fait que 13 500 emplois seraient supprimés en Suisse, dont 200 en Valais.

Pour Anne-Sophie Fioretto (RCV) «No Billag» va beaucoup plus loin qu’un problème économique. Pour elle, «c’est une attaque contre l’identité du pays, contre le bien commun».

Des changements à attendre de la RTS

Les opposants à «No Billag» ne défendent pas tous les contenus et toutes les manières de faire de la RTS. Géraldine Marchand-Balet estime que la RTS est consciente qu'une remise en question est nécessaire. Pour Bernard Attinger, «la RTS n’est pas parfaite, mais ce n’est pas une raison de la tuer».


À lire aussi...

Votations fédéralesNo Billag: le débat ne sera pas terminé au soir de la votation du 4 marsNo Billag: le débat ne sera pas terminé au soir de la votation du 4 mars

sondageNo Billag: les Suisses rejetteraient l'initiative à plus de 60%No Billag: les Suisses rejetteraient l'initiative à plus de 60%

ScrutinRencontres du Nouvelliste: No Billag comme révélateur de la crise que traversent les médiasRencontres du Nouvelliste: No Billag comme révélateur de la crise que traversent les médias

service publicNo Billag: les partisans présentent leur plan B, financé par des abonnements, de la pub et nos impôtsNo Billag: les partisans présentent leur plan B, financé par des abonnements, de la pub et nos impôts

Top