Réservé aux abonnés

Monthey: non réélue, Laude-Camille Chanton paie pour avoir osé parler

La présidente du Conseil général de Monthey n’a pas été réélue. Les électeurs de son parti l’ont, sans doute, sanctionnée pour avoir porté des accusations publiques contre Yannick Buttet. Tant pour le PLR que pour le Collectif Femmes* Valais, c’est un mauvais signal pour toutes les victimes de harcèlement.
17 nov. 2020, 16:32 / Màj. le 17 nov. 2020 à 17:22
La présidente du Conseil général de Monthey n'a pas été réélue, alors que la qualité de son travail est saluée par son parti.

Les électeurs PLR ont sanctionné leur présidente du Conseil général. Laude-Camille Chanton n’a pas été réélue au législatif de Monthey. Elle a été tracée dans son propre parti, y récoltant entre 10% et 20% de voix en moins que ses colistiers.

Et la raison n’est pas politique. «Il y a un lien direct entre le fait d’avoir eu le courage de parler et de ne pas avoir été élue», affirme-t-elle. Car Laude-Camille Chanton a déposé plainte...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois