10.02.2021, 12:00

Cantonales 2021: les petites phrases volées par l'UDC, Reynard choisirait Gaudin, les perles de campagne sur les réseaux (épisode 10)

chargement

Chronique Cette année, en raison de la crise sanitaire, la campagne pour les élections cantonales se jouera aussi et peut-être plus que d’habitude sur les réseaux sociaux. Nous la suivons pour vous… Et c’est croustillant. Voici le 10e épisode de nos perles de campagne.

1/2  

Mathias Reynard choisirait Gaudin plutôt que Favre

A la fin d’une interview croisée pour la RTS, Mathias Reynard et Christophe Darbellay se sont prêtés au jeu d’une interview rapide faite de réponses du «tac au tac». Dernière question: s’il n’y avait qu’une place pour sièger à vos côtés, Serge Gaudin ou Frédéric Favre? «Gaudin» lâche rapidement le conseiller d’Etat PDC, sans aucun lapsus cette fois. Mais Mathias Reynard hésite. «Entre Gaudin et Favre?», lance-t-il comme pour se donner le temps de la réflexion. A ses côtés, Christophe Darbellay s’amuse de cette réflexion prolongée et lui dit: «Allez, dis Gaudin.» «Gaudin, ouais», répond le candidat socialiste. A l’écoute, on se demande ce qui est passé par la tête de Mathias Reynard au moment de répondre lui qui dit «détester les politicailleries». Est-ce une manière de caresser dans le sens du poil l’électorat PDC à quelques semaines du premier tour? L’extrait a été publié sur Facebook par un candidat PLR du district de Sion qui a fini par le retirer... quelques heures après le partage d’un certain Serge Gaudin.

 

 

L’UDC se sent proche de Serge Gaudin

Les smartvotes permettent de mieux sentir les profils idéologiques que les discours de campagne. On découvre ainsi que l’UDC se sent assez proche du candidat PDC Serge Gaudin. C’est en tout cas ce que laisse entendre le smarvote du chef du groupe UDC au Grand Conseil Grégory Logean et celui du député Blaise Melly.

 


Les UDC, oxymores ou contradictions?

Les UDC valaisans aiment les oxymores. On vous en avait déjà parlé dans un épisode précédent avec leur fameux slogan «enracinés mais libres». Pour rappel, l’oxymore est un art délicat, visant à approcher deux termes que leurs sens devraient éloigner, dans une formule en apparence contradictoire, comme «une obscure clarté». Mais attention, mal maîtrisée cette figure de style ressemble fort à une contradiction.

Dans une vidéo publiée par les jeunes du parti, nous faisons connaissance avec Estelle Addor et Valentin Reynard qui nous disent pourquoi ils ont rejoint l’UDC. «L’UDC est un parti populaire où il y a de la place pour tout le monde sans privilèges», lance la fille du conseiller national Jean-Luc Addor, empruntant au passage le slogan du Parti socialiste (à force on va se demander s’il ne s’agit pas d’une stratégie de communication, voir ci-dessous). Son jeune collègue complète: «L’UDC est le seul parti qui s’engage pour les gens de chez nous, les nôtres d’abord.» Alors oxymore ou contradiction selon vous? On pense avoir compris le message. En gros, tout le monde peut adhérer au parti mais par contre le parti s’engagera pas pour tout le monde. Encore faut-il distinguer qui est «des nôtres».

 

Franz Ruppen pique le slogan de Roberto Schmidt

C’est la phrase fétiche de Roberto Schmidt: «La Raspille n’est pas une frontière, mais une rivière à partager!» Il le disait déjà en 2017.

 

 

La phrase est reprise telle quelle, point d’exclamation en moins, par l’UDC et son candidat Franz Ruppen. Et certains se posent des questions sur la proximité qu’il y a entre le PDC et le conseiller national UDC...

 

 

Le petit jeu des couleurs de Serge Gaudin

La communication politique ne laisse pas grand-chose au hasard. La preuve avec Serge Gaudin. Sur une partie des affiches et des encarts publicitaires de l’Evolénard, le ton dominant n’est pas le orange mais le vert. Seul le logo du PDC rappelle la couleur politique de base du candidat au Conseil d’Etat qui joue à fond la carte de l’entrepreneuriat durable. Il en a d’ailleurs fait son slogan.

Si on s’attarde sur ses vidéos de campagne, on remarque qu’une autre couleur est très présente: le violet. La couleur de la grève des femmes et celle qui traverse l’histoire des mouvements féministes.

 

 

Christophe Clivaz, un soutien discret mais soutien quand même

Il est un peu en retrait de la campagne aux cantonales. Peut-être pour rester à l’écart des bisbilles qui traversent son parti. Depuis le début de la campagne, le conseiller national vert Christophe Clivaz s’est en effet contenté de faire suivre quelques publications de Magali Di Marco et Brigitte Wolf sur les réseaux sociaux. Lundi, il a placé (enfin?) en photo de couverture de son profil Facebook, l’affiche des deux candidates vertes au Conseil d’Etat. «Merci Christophe», commente Magali Di Marco.

Une manière de soutenir les candidates tout en ménageant sa collègue de parti de longue date Marylène Volpi Fournier? Pour rappel, le torchon brûle entre la conseillère communale sédunoise verte et la vice-présidente du parti Brigitte Wolf. Ces dernières étaient en désaccord sur la stratégie à adopter pour les élections au gouvernement cantonal. Marylène Volpi Fournier était contre l’option d’une liste commune avec Mathias Reynard finalement décidée par son parti, allant jusqu’à dire qu’elle pourrait être une alternative au second tour de l’élection au Conseil d’Etat. 

Si Christophe Clivaz est discret, Jean-Pascal Fournier, président des Verts sur le départ et mari de Marylène, est lui totalement absent. D’habitude très militant, il ne publie rien sur cette campagne. 

 


Polémique sur l’absence de femmes à l’UDC

L’UDC est très avare en termes de candidatures féminines. Il n’y a aucune femme sur les listes UDC des districts de Sierre, de Conthey, d’Entremont et de Saint-Maurice, ni à la députation ni à la suppléance.

Faute de femmes intéressées? Une discussion sur Facebook, qui a été retirée après notre passage, montre qu’il n’en est rien, du moins dans le district de Sierre où une candidate au moins, Nadine Reichen, qui a d’ailleurs déjà siégé au Grand Conseil, était intéressée. Elle n’a pas apprécié la manière dont ses collègues de parti l’ont traitée.

 


À lire aussi...

ChroniqueCantonales 2021: RCV-UDC même tenue, lorsqu’une candidate change de district, les perles de campagne sur les réseauxCantonales 2021: RCV-UDC même tenue, lorsqu’une candidate change de district, les perles de campagne sur les réseaux

ChroniqueCantonales 2021: le lapsus de Darbellay, le masque de Schmidt, les perles de campagne sur les réseaux (épisode 8)Cantonales 2021: le lapsus de Darbellay, le masque de Schmidt, les perles de campagne sur les réseaux (épisode 8)

ChroniqueCantonales 2021: les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 7)Cantonales 2021: les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 7)

ChroniqueCantonales 2021: les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 6)Cantonales 2021: les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 6)

ChroniqueCantonales 2021 : les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 5)Cantonales 2021 : les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 5)

Top