Cantonales 2021: les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 6)

chargement

Chronique Cette année, en raison de la crise sanitaire, la campagne pour les élections cantonales se jouera aussi et peut-être plus que d’habitude sur les réseaux sociaux. Nous la suivons pour vous… Et c’est croustillant.

1/2  

La plus forte audience sur les réseaux, vraiment?

Après que Magali Di Marco a déclaré au «Nouvelliste» être la candidate ayant sans doute la plus forte audience sur les réseaux, forcément, on avait envie de vérifier.

A lire aussi: "J'ai la plus grande audience de tous les candidats sur les réseaux": la grande interview Conseil d'Etat de Magali Di Marco (2/8)

On s’attendait donc à voir une page comme celle d’Oskar Freysinger et ses 30 000 fans sur Facebook. La page Magali Di Marco les Verts, c’était... 170 fans mercredi soir. La plupart des autres candidats n’ont pas choisi cette stratégie d’avoir une page Facebook à côté du profil. Serge Gaudin l’a fait. Il est largement devant sa concurrente verte, puisqu’il est suivi par 1046 fans. Mathias Reynard est encore beaucoup plus loin devant avec ses 8344 fans sur sa page en français et 168 sur sa page en allemand. 

Bon, elle a quand même 4999 amis sur son profil personnel. La Verte doit en refuser, mais attention... «pas par snobisme», juste parce que le réseau Facebook place la limite à 5000 amis.

 

 

Peut-être que pour elle audience signifie le nombre de likes par publication. Alors comparons un post que (presque) tous les candidats ont mis sur leur page Facebook: les 3 promesses de campagne publiées par «Le Nouvelliste». Magali Di Marco est battue par tous les autres candidats. Elle atteint 10 likes pour ce post, 0 commentaire, 0 partage quand Christophe Darbellay atteint 233 likes, 26 commentaires et 46 partages. Même Brigitte Wolf fait mieux que sa colistière du Chablais sur ce coup.

Pas mieux sur Twitter et Insta

Mais, en fait, Magali Di Marco parlait sûrement d’un autre réseau. Direction Twitter. Mais toujours pas de record d’audience pour la candidate. Avec ses 700 abonnés, Magali Di Marco est très loin des presque 10 000 abonnés de son colistier socialiste et des 13 000 de Christophe Darbellay. Aïe même sur Instagram, elle figure bien loin du trio de tête en termes de followers. Dès lors, soit on a mal compris, soit elle parle de Snapchat et on n’a pas pu vérifier. Ou alors peut-être qu’en bonne communicante Magali Di Marco se dit qu’il suffit de marteler quelque chose de faux pour que cela devienne vrai. C’est même une technique qui soulève les foules ces derniers temps.

Les slogans sont de sortie (2)

Le RCV fait campagne avec ce qui ressemble à du plexiglas. Un clin d’oeil à la crise sanitaire en cours et une manière de montrer qu’on croit aux restrictions? Après avoir critiqué la ministre de la santé Esther Waeber-Kalbermatten depuis le début de la crise, fallait pas se rater sur les mesures sanitaires. A moins que cela soit un bouclier pour se protéger des coups?

On aime aussi beaucoup le slogan du Rassemblement Citoyen Valais. «Rassembler et agir». Ils sont sur la bonne voie. Ils étaient cinq candidats au Conseil national, ils sont huit désormais pour le Grand Conseil sur le district de Sion. Bon, par contre, y a encore qu’une liste, mais le RCV y travaille. Et pour ce qui est d’agir reste plus qu'à être élus.

 

100 avatars pour Reynard

Mathias Reynard en prof. Mathias Reynard en chercheur. Mathias Reynard décliné en 100 avatars pour présenter les 100 points de son programme. L’avatar ne nous semble pas très ressemblant. Il manque un je ne sais quoi, vous trouvez pas? Au jeu des sept différences, on en tient déjà deux de notre côté.

En tout cas, le socialiste semble vouloir s’engager sur tous les sujets. Comme s’il postulait pour un nouveau mandat au National. Les électeurs se prononceront sur le fond. Quant à la forme: on croit savoir qu’un conseiller d’Etat ne peut pas décider seul de s’engager «à poursuivre les investissements dans nos hautes écoles...». C’est rien, juste un petit raccourci de rien du tout, une histoire de collégialité et de budget à faire valider par le Grand Conseil.

 

Le PLR fait sa propre radio

En matière de média, le PLR se dit qu’on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même. Le parti a un journal qui lui est proche, «Le Confédéré», le voici maintenant avec sa propre web radio Antenne PLRadio. L’autre jour, par curiosité, on s’est laissé aller à écouter quelques-uns des podcasts de la webradio. Ben, après avoir entendu David Crettenand expliquer ce qu’est le développement durable, on a moins compris qu’avant le début de l’émission. Y a pas à dire, écouter Stéphane Ganzer parler de sécurité, de justice ou d’APEA pendant onze minutes de bon matin, ça te file une pêche incroyable en pleine pandémie. Enfin on suppose... parce qu’on n’est pas arrivé au bout.

 

 

Pas facile de percer dans le Haut

Ce qui se passe sur les réseaux pourrait être révélateur de ce qui va se passer dans les urnes. Mathias Reynard a donc créé une page Facebook de candidature dans le Haut du canton. Pour l’instant, il n’a que 168 fans germanophones.

Certains socialistes du Haut sont déjà fans de sa page en français, mais les autres électeurs germanophones ne se précipitent pas pour aimer sa page.

Vu du Haut, Mathias Reynard est un des candidats qui peut empêcher la partie germanophone du canton d’avoir deux représentants au Conseil d’Etat. En clair, il est un adversaire direct de Franz Ruppen (puisque Roberto Schmidt semble indéboulonnable.)

Clin d’œil à nos lecteurs

Les premiers épisodes de ce journal de campagne nous ont montré que les lecteurs réagissent de cette manière:

  • Lorsque l’on parle du parti X, les adeptes des autres partis estiment que nous en faisons beaucoup pour le parti X, sous-entendu qu’on lui fait de la pub.
  • Par contre, les membres du parti X estiment que nous trouvons toujours quelque chose à critiquer chez eux et pas chez les autres.

Idem, évidemment, lorsque nous parlons du parti Y ou Z. A méditer.

Cet article est publié dans le dossier Elections cantonales 2021. Retrouvez tous les articles de la campagne pour le Conseil d'Etat, les interviews des candidat.e.s, les temps forts de ces élections et les résultats.

À lire aussi...

ChroniqueCantonales 2021 : les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 5)Cantonales 2021 : les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 5)

Cantonales 2021Cantonales 2021: les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 3)Cantonales 2021: les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 3)

Cantonales 2021Cantonales 2021: les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 2)Cantonales 2021: les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 2)

La campagne sur les réseauxCantonales 2021: voici les perles d’une campagne électorale pas comme les autresCantonales 2021: voici les perles d’une campagne électorale pas comme les autres

Cantonales 2021 : les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 4)Cantonales 2021 : les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 4)

Top