18.02.2021, 12:00

Cantonales 2021: les candidats sur le gril du Collectif Femmes, Desmeules et le buzz du restaurateur, les perles de campagne sur les réseaux (épisode 12)

chargement

Chronique Cette année, en raison de la crise sanitaire, la campagne pour les élections cantonales se jouera aussi et peut-être plus que d’habitude sur les réseaux sociaux. Nous la suivons pour vous… Et c’est croustillant. Voici le 12e épisode de nos perles de campagne.

1/2  

Les huit candidats sur le gril du Collectif Femmes Valais

Collectif Femmes Valais a passé à la questionnette les huit candidat·e·s au Conseil d’Etat valaisan. Les vidéos réalisées sont à découvrir sur la page Facebook du collectif. Chaque clip dure plusieurs minutes et questionne le rapport des futur·e·s membres du gouvernement au manifeste du collectif et aux valeurs qu’il défend.

Tout commence par la question piège que faisiez-vous le 14 juin 2019? «Malheureusement j’étais en vacances pour randonner avec mon partenaire», justifie Brigitte Wolf comme si elle venait de se faire pincer en train de dormir en classe. «C’était planifié depuis très longtemps. Ouais… Voilà.» Mathias Reynard commence par flatter en parlant de la grève des femmes. «C’est la plus belle manifestation à laquelle j’ai participé», assure le candidat socialiste, président de l’Union syndicale valaisanne qui en connaît logiquement un rayon.

 

 

Roberto Schmidt lance d’un ton assuré: «Alors je pense que c’était la journée de la grève des femmes.» Bien vu de la part du conseiller d’Etat sortant PDC qui avait visiblement révisé. Il s’en tire moins bien quelques questions plus tard. «Dans votre parcours politique en général, quel est le projet que vous avez mené qui a eu le plus d’impact sur l’égalité homme femme?» «Je pense qu’on pourrait citer l’étude que l’on fait tous les trois ans à l’Etat du Valais pour l’égalité salariale.» Ouille! Peut mieux faire.

Même Franz Ruppen, malgré la longue liste de ses positions en désaccord avec le collectif, semble mieux s’en tirer sur cette question en parlant de la création de crèches à Naters. Devinez un peu la réponse de Frédéric Favre? Eh oui, il récite son bilan. Comme dans chaque interview depuis le début de la campagne, il rappelle le chiffre de 40% de femmes nommées dans les préfectures. La nomination de femmes à des fonctions clés dans son département et l’élection de femmes au Conseil de la magistrature. Et Magali Di Marco concède en toute franchise. «En politique, je n’ai été que candidate. Donc à part avoir été candidate je ne peux pas prétendre avoir fait grand-chose d’autre, mais c’est déjà quelque chose.»

 

 

Dans les petites pépites, on a beaucoup aimé le rire irrépressible de Serge Gaudin quand le collectif parle «de congrès de la honte», en faisant référence au congrès PDC qui a validé les trois candidatures masculines pour le Conseil d’Etat. Au sujet d’un potentiel gouvernement valaisan sans femme, Christophe Darbellay ne laisse aucune chance aux deux vertes. «Aujourd’hui, on n’a raisonnablement pas de femme avec une vraie chance d’être élue au Conseil d’Etat valaisan et je suis le premier à le regretter.»

 

 

La patate bien placée

Le placement de produit c’est tout un art. On se demande si la vente de patates va battre des records dans la région.

 

 

Les PDC de Monthey se présentent déguisés

Carnaval, c’est une institution à Monthey et dans toute la région. Alors le PDC du district a décidé de rappeler aux gens de voter pour ses candidats en les présentant déguisés. On ne sait pas qui se cache sous le costume de Buzz l’éclair mais on serait tenté de lui donner une voix. Pour le costume en tout cas.

 

 

Jacqueline Lavanchy de retour sous une nouvelle étiquette

Elle a été candidate au Conseil des Etats en 2019 sous la bannière indépendante Graines de futur. Candidate au Conseil national en 2015 avec la même étiquette. Ou encore candidate à la constituante sous la bannière des Verts. Cette fois, Jacqueline Lavanchy revient en tant que candidate du POP sur la liste 1 Parti socialiste et Gauche citoyenne à la suppléance pour le district de Martigny. On a presque envie d’ouvrir un concours de pronostics sur le parti qu’elle défendra lors de la prochaine élection. A moins que cette fois, elle soit élue.

 

 

Le RCV et OSS 117

Le Rassemblement citoyen Valais présente une liste sur le district de Sion avec en tête d’affiche Jean-Marie Bornet. En bon communicant, l’ancien chef prévention et communication de la police cantonale valaisanne sait qu’il n’y a rien de mieux qu’une petite vidéo pour attirer l’électeur. Sa formation a donc diffusé un petit clip du film OSS 117 avec Jean Dujardin. Les dialogues ont été remplacés pour appeler à voter la liste.

Les mauvaises langues diront qu’Hubert Bonisseur de La Bath, héros d’OSS 117, est un peu aux agents secrets ce que le RCV est à la politique valaisanne. Anticipant la vanne facile, le parti a par la suite corrigé le tir avec une vidéo tirée d’un James Bond, ça fait tout de suite plus dangereux.

 

 

Jérôme Desmeules et le buzz du restaurateur

L’UDC Jérôme Desmeules détecte le buzz sur Facebook et en joue comme personne. Il lui aura fallu seulement quelques heures pour apporter «tout son soutien face à l’arbitraire des autorités», au restaurateur de Chamoson amendé pour non-respect des mesures sanitaires (500 francs d’amende et 350 de frais au total). «C’est quand même incroyable», lance le candidat de Fully qui en a soupé de «la dictature sanitaire», comme dirait son ami Jean-Luc Addor. «Si vous voulez aussi faire un don, ses coordonnées bancaires sont dispos sur son compte Facebook. Moi, c’est fait, je crois qu’on en a tous assez de cette tyrannie face à des personnes qui ont avant tout manifesté de la compassion pour celles et ceux qui se retrouvent dehors tous les jours.»

Selon le témoignage du tenancier (repris sans aucune vérification dans un premier temps), l’amende est tombée alors qu’il avait simplement invité deux ouvriers pellant la neige depuis cinq heures du matin pour un repas chaud et servi un verre au bar à un client qui attendait son plat à l’emporter. Dit comme ça, on a aussi envie de le soutenir. Mais suite au buzz et aux réactions indignées dirigées contre les autorités sur les réseaux sociaux, la police cantonale donne sa version des faits et explique que le patron avait en fait déjà reçu deux avertissements sans frais. Pas de quoi bousculer les certitudes de Jérôme Desmeules qui conjecture sur la gravité de la faute et parle de «broutilles».

Au final, le patron a eu droit à un coup de pub exceptionnel et des versements bien supérieurs au montant de l’amende. Il les convertira en bons. On est très heureux pour lui. Mais dans la foulée, on apprenait que seuls 29 restaurants (dont cet établissement de Chamoson) ont été dénoncés au Ministère public depuis l’automne passé pour avoir enfreint les règles Covid. L’écrasante majorité des restaurateurs a suivi scrupuleusement les restrictions malgré les risques économiques pour leurs établissements. Ils doivent être très très contents de voir leur civisme récompensé… Si seulement ils avaient su qu’il suffisait de jouer au mouton noir pour être soutenus par Jérôme Desmeules.

 

 

Arvine la marmotte des Vert’libéraux

Vous l’avez peut-être déjà croisée? La marmotte des Vert’libéraux valaisans était de sortie au Grand-Pont à Sion il y a peu. Il paraît même que la mascotte a fait une apparition au «Tagesschau» outre-Sarine. Dommage que les Zurichois ne puissent pas voter aux cantonales…

 

 

Clin d’œil à nos lecteurs

Les premiers épisodes de ce journal de campagne nous ont montré que les lecteurs réagissent de cette manière:

  • Lorsque l’on parle du parti X, les adeptes des autres partis estiment que nous en faisons beaucoup pour le parti X, sous-entendu qu’on lui fait de la pub.
  • Par contre, les membres du parti X estiment que nous trouvons toujours quelque chose à critiquer chez eux et pas chez les autres.

Idem, évidemment, lorsque nous parlons du parti Y ou Z. À méditer.

Cet article est publié dans le dossier Elections cantonales 2021. Retrouvez tous les articles de la campagne pour le Conseil d’Etat, les interviews des candidat.e.s, les temps forts de ces élections et les résultats.

À lire aussi...

ChroniqueCantonales 2021: RCV-UDC même tenue, lorsqu’une candidate change de district, les perles de campagne sur les réseauxCantonales 2021: RCV-UDC même tenue, lorsqu’une candidate change de district, les perles de campagne sur les réseaux

ChroniqueCantonales 2021: le lapsus de Darbellay, le masque de Schmidt, les perles de campagne sur les réseaux (épisode 8)Cantonales 2021: le lapsus de Darbellay, le masque de Schmidt, les perles de campagne sur les réseaux (épisode 8)

ChroniqueCantonales 2021: les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 7)Cantonales 2021: les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 7)

ChroniqueCantonales 2021: les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 6)Cantonales 2021: les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 6)

ChroniqueCantonales 2021 : les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 5)Cantonales 2021 : les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 5)

ChroniqueCantonales 2021: le soutien à la race d'Hérens, la coquine des jeunes UDC, les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 16)Cantonales 2021: le soutien à la race d'Hérens, la coquine des jeunes UDC, les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 16)

ChroniqueCantonales 2021: Serge ist auf Kanal 9, «l’Union des branleurs», les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 15)Cantonales 2021: Serge ist auf Kanal 9, «l’Union des branleurs», les perles de la campagne sur les réseaux (épisode 15)

Top