17.02.2021, 11:34

Cantonales 2021: les candidates et candidats au Grand Conseil du district de Sierre

chargement

On vote «Le Nouvelliste» présente l’ensemble des candidats au Grand Conseil – y compris à la suppléance – des districts du Valais romand. On commence par le haut, avec Sierre qui possède 17 sièges au Grand Conseil.

  17.02.2021, 11:34
Cantonales 2021: les candidates et candidats au Grand Conseil du district de Sierre

38 candidates et candidats pour 17 places

Il y a quatre ans, les Verts étaient les grands gagnants de l’élection au Grand Conseil en décrochant deux sièges au détriment du PLR et du PDC. Alors qu’ils se présentaient seuls pour la première fois, ils n’avaient donc pas affaibli l’Alliance de Gauche, un scénario pourtant redouté durant la campagne. 

Aujourd’hui, la délégation sierroise forte de 17 sièges au Grand Conseil se retrouve donc avec 5 députés PDC, 4 libéraux radicaux, 3 AdG, 3 UDC et 2 Verts. Pour cette élection, ils sont 38 les candidates et candidats à briguer l’un de ces dix-sept sièges. 

Parmi les partis, la liste PS et Gauche citoyenne est celle qui propose le plus grand nombre de candidates et candidats à la députation avec dix représentants, contre neuf au PDC et aux Verts, six au PLR et quatre à l’UDC.

Comme débat, «Le Nouvelliste» propose d’évoquer l’indépendance de la justice , l’utilisation de pesticides pour les vignes situées au centre des villages ou encore le mode de financement «post pandémie» des EMS.
 

 

PLR

Les candidats à la députation

Les candidats à la suppléance

REY Sébastien, Crans-Montana
ALBRECHT Natacha, Noble-Contrée 
BERCLAZ Valentin, Sierre
FLOREY Christian, Sierre
GENOUD Patrick, Anniviers
GEORGES Alexandre, Chalais
 

Nos 3 questions à…

Sylvie Masserey Anselin, Chalais

La constituante estime que les représentants de la justice ne doivent plus être élus par la politique pour plus d’indépendance. Partagez-vous ce point de vue?

Oui, l’indépendance de la justice doit être garantie. Il est donc temps de modifier le processus de nomination de nos magistrat.e.s en vue d’une dépolitisation et d’un choix plus axé sur les compétences. Il est par contre primordial de veiller à garantir la diversité politique de notre ordre judiciaire. 

Faut-il obliger les communes à interdire les vignes dans les zones à bâtir en raison de l’utilisation de pesticides et de leur proximité avec les habitations?

Non, ce critère ne doit pas être imposé aux communes pour dézoner. La LcAT fixe déjà des règles suffisamment contraignantes avec lesquelles les communes doivent composer. Cette mesure ne protégerait pas les habitations existantes implantées à proximité des vignobles et ne résoudrait pas les problèmes environnementaux plus larges liés à l’utilisation de pesticides. L’utilisation de ces produits doit être réglementée.  

A la suite de cette pandémie, les établissements médico-sociaux subissent de lourdes pertes financières et certains doivent licencier. Faut-il revoir le mode de financement de ces institutions?

Ce n’est pas le mode de financement en vigueur qui est à l’origine des lourdes pertes financières subies par nos EMS mais bien la crise sanitaire. Nous devons par contre revoir aussi bien la dotation en personnel que le système de coordination entre ces établissements. Elles doivent pouvoir s’organiser, collaborer et éviter les licenciements. 


PDC

Les candidats à la députation

Les candidats à la suppléance

BÉTRISEY Blaise, Lens
DUC-BONVIN Romaine, Chermignon
GENOUD Christian, Mollens
GENOUD EPINEY Jennifer, Sierre
SCHWERY Carole,  Sierre
SCHWERY-TSCHOPP Anne-Laure, Chippis
TISSIÈRES-PREMAND Lysiane, Sierre
ZUBER Corentin, Ayer
ZUFFEREY-CIRCELLI Philomène, Chalais
 

Nos 3 questions à…

Boris Bonnard, Anniviers
 
La constituante estime que les représentants de la justice ne doivent plus être élus par la politique pour plus d’indépendance. Partagez-vous ce point de vue?

Oui, il est préférable que l’appartenance politique des candidats aux postes de juge ne soit plus un critère de sélection retenu par le Conseil de la magistrature. Toutefois, c’est aux députés, en leur qualité de représentants du peuple, que revient le pouvoir d’élire ou de destituer un juge cantonal.
 
Faut-il obliger les communes à interdire les vignes dans les zones à bâtir en raison de l’utilisation de pesticides et de leur proximité avec les habitations?

Non, ces attaques envers l’autonomie communale doivent être systématiquement combattues. Cela dit, étant jeune papa, je suis particulièrement sensible à la santé de nos enfants. Je pense que les vignes isolées au cœur de nos villages ou à leur proximité immédiate ne devraient plus être traitées.
 
A la suite de cette pandémie, les établissements médico-sociaux subissent de lourdes pertes financières et certains doivent licencier. Faut-il revoir le mode de financement de ces institutions?

Non, le financement des EMS n’étant pas compromis à moyen terme, il ne faut pas revoir leur mode de financement. En revanche, il est impensable que le personnel des EMS soit menacé de licenciement parce que des lits sont temporairement inoccupés. Des mesures ponctuelles de type RHT doivent être déployées.


UDC

Les candidats à la députation

Les candidats à la suppléance

SOLIOZ Fabian, Grimentz
FLIPO François-Xavier, Granges
GAZERRO Giovanni, Chalais
MUDRY Nicolas, Lens
PERRUCHOUD Michaël, Chermignon
SAEGESSER Patrick, Crans-Montana
 

Nos 3 questions à…

Serge Rey, Crans-Montana

La constituante estime que les représentants de la justice ne doivent plus être élus par la politique pour plus d’indépendance. Partagez-vous ce point de vue?

Je suis pour une justice indépendante, libre et non politisée, mais surtout beaucoup plus rapide. L’important dans une telle élection, ce sont les compétences juridiques du candidat, mais il n’en reste pas moins que les juges ont aussi des convictions politiques. Donnons à la justice les moyens de travailler d’une manière sereine et efficace

Faut-il obliger les communes à interdire les vignes dans les zones à bâtir en raison de l’utilisation de pesticides et de leur proximité avec les habitations?

En aucun cas, car le faire, c’est encore une fois une attaque à la propriété. Nous avons déjà subi la LAT, la loi sur les R2, il ne faut pas encore punir nos propriétaires terriens. Si des traitements sont utilisés, c’est que la vigne est vulnérable et doit être protégée. Ne pas le faire, c’est ouvrir la porte à une importation massive de vins. Alors, que veut-on?

A la suite de cette pandémie, les établissements médico-sociaux subissent de lourdes pertes financières et certains doivent licencier. Faut-il revoir le mode de financement de ces institutions?

Certains établissements l’ont subi et d’autres ont anticipé la crise par des investissements préalables. De ce fait, il n’y a pas eu de mortalité accrue. Dans les «mauvais élèves», il est évident que les lits ont été libérés et, surtout, peu de nouveaux pensionnaires ont été repris. Il en résulte que les «mauvais élèves» sont les plus méritants financièrement.


Les Verts

Les candidats à la députation

Les candidats à la suppléance

AMOS Sylvain, Sierre
BAGNOUD Eric, Noble-Contrée
BARRAS Michel, Crans-Montana
BÉTRISEY ZUFFEREY Maryse, Sierre
CLAVIEN Laurent, Sierre
REY Amandine, Crans-Montana
SALAMIN Lise,  Sierre
 

Nos 3 questions à…

Amandine Rey, Crans-Montana
 
La constituante estime que les représentants de la justice ne doivent plus être élus par la politique pour plus d’indépendance. Partagez-vous ce point de vue?

Oui, sur le principe.  Les juges et procureurs ne doivent pas être choisis selon leur orientation politique mais selon leurs compétences. C’est à ce niveau que doit intervenir la dépolitisation. Pour ce qui est des élections, il n’y a toutefois pas d’instance plus adéquate que le Grand Conseil, qui représente la population.

Faut-il obliger les communes à interdire les vignes dans les zones à bâtir en raison de l’utilisation de pesticides et de leur proximité avec les habitations?

Non. Le problème est l’utilisation des pesticides, pas la proximité des habitations avec les vignes. Les communes et le canton doivent agir pour protéger la population, et l’interdiction des pesticides, au moins à proximité des zones d’habitation, est beaucoup plus judicieuse.

A la suite de cette pandémie, les établissements médico-sociaux subissent de lourdes pertes financières et certains doivent licencier. Faut-il revoir le mode de financement de ces institutions?

Non. La crise sanitaire est arrivée subitement et, comme pour d’autres secteurs d’activité, ce sont des aides ponctuelles et urgentes que l’Etat doit octroyer afin de maintenir ces structures à flot. Pour la suite, si la répartition des charges entre canton et communes donnait satisfaction avant la crise, elle donnera encore satisfaction après.


PS et Gauche citoyenne

Les candidats à la députation

Les candidats à la suppléance

BALADIER Cloé, Chalais (PS)
CONSTANTIN Simon,  Vissoie (PS)
CAVALLO Mélissa,  Chippis (PS)
FELLAY Maurice, Sierre (PS) 
JOVANOVIC Katarina, Sierre (PCS)
LUGINBÜHL Colin, Miège (PS)
LÜTHI Liliane, Ollon (PS) 
PETOUD Ilyan, Chalais (PS) 
MUDRY Doris, Lens (PS) 
PRÉLAZ Valentin, Sierre (PS) 
PONT Aurélie, Sierre (PS) 
VETTER Yann, Sierre (PS)
 

Nos 3 questions à…

Benoît Barras, Chermignon

La constituante estime que les représentants de la justice ne doivent plus être élus par la politique pour plus d’indépendance. Partagez-vous ce point de vue?

Non. Il est illusoire de croire que l’on améliore l’indépendance de la justice par un changement du mode de recrutement. La justice doit être à la fois impartiale et représentative des opinions de la population. Dès lors, passer par les partis est un atout et non une faiblesse.

Faut-il obliger les communes à interdire les vignes dans les zones à bâtir en raison de l’utilisation de pesticides et de leur proximité avec les habitations?

Plutôt oui. Il en va de la santé des habitants. Les pesticides sont reconnus comme des cancérigènes et des perturbateurs endocriniens, ce qui est mauvais pour la santé en général, et surtout pour le bon développement des enfants. Or, les vignes sont encore largement traitées avec ces produits.

A la suite de cette pandémie, les établissements médico-sociaux subissent de lourdes pertes financières et certains doivent licencier. Faut-il revoir le mode de financement de ces institutions?

Oui. Il faut sortir ces structures des logiques de profit et de management par le chiffre. Elles doivent être au service des usagers, pleinement. Le personnel doit y être suffisant et de qualité. Une cantonalisation ou un renforcement des liens avec l’Etat peuvent être envisagés pour les maintenir à flot.


À lire aussi...

La chronique du Walliser BoteLe regard haut-valaisan sur les élections au Grand Conseil. Par Armin BregyLe regard haut-valaisan sur les élections au Grand Conseil. Par Armin Bregy

DécouverteSierre: aux ateliers Communs, on partage à la fois les outils et l'expérience. Visite guidéeSierre: aux ateliers Communs, on partage à la fois les outils et l'expérience. Visite guidée

TravauxAnniviers: l’école de Vissoie aura droit à une cantine plus grande et plus moderneAnniviers: l’école de Vissoie aura droit à une cantine plus grande et plus moderne

InfrastructuresUne patinoire de 7000 places à Sierre: «Notre intention est de transformer l’essai et d’aller au bout de ce projet»Une patinoire de 7000 places à Sierre: «Notre intention est de transformer l’essai et d’aller au bout de ce projet»

Tests gratuitsCoronavirus: à Crans-Montana, les tests gratuits montrent un taux de positivité basCoronavirus: à Crans-Montana, les tests gratuits montrent un taux de positivité bas

Aux urnesCantonales 2021 - Grand Conseil: dans le district de Sierre, l'UDC perd des plumes au profit du PLRCantonales 2021 - Grand Conseil: dans le district de Sierre, l'UDC perd des plumes au profit du PLR

Top