Réservé aux abonnés

La constituante valaisanne veut supprimer les juges de commune miliciens contre leur gré

Jeudi, à Martigny, la constituante a soutenu largement le nouveau modèle d’une justice professionnelle intercommunale. Un sondage du «Nouvelliste» auprès des juges de commune du Valais romand en poste montre, à l’inverse, que plus de 60% d’entre eux tiennent au système actuel d’un milicien pour une commune.
05 nov. 2020, 17:00 / Màj. le 06 nov. 2020 à 10:28
Après Brigue et toujours à cause du coronavirus, la constituante siège au CERM de Martigny. Les 110 élus présents, sur 130, siègent masqués, en respectant la distance sanitaire de 1 m 50 et en mangeant à leur place.

Dépassée, l’exception valaisanne des juges de commune? C’est l’avis quasi unanime de la constituante. Jeudi, seule la gauche haut-valaisanne a pris la parole pour défendre le statu quo du milicien élu par ses concitoyens.

Cocheffe de groupe du PDC, Marie Zuchuat a été l’une des plus critiques à l’égard du modèle actuel. «Les juges de milice ont vécu. Il faut certes une justice de première instance qui soit de proximité, mais l’augmentation des cas à trait...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois