Santé

Semi-confinement: l’ennui et l’anxiété peuvent rendre accro

chargement

Addictions Depuis mars 2020, les semaines se ressemblent et les journées sont longues. Comment ne pas glisser dans la dépendance? Pistes et témoignage.

 09.12.2020, 20:00
L'alcool figure au top du classement des substances addictives consommées pendant le confinement de mars à mai dernier.

Passer ses journées et ses semaines entre quatre murs est devenu le quotidien de nombreux Suisses pendant cette situation pandémique extraordinaire. Il s’avère plus difficile de combattre l’ennui et la lassitude. Le risque de glisser dans l’addiction est alors plus élevé.

Cette réalité a été récemment mise en lumière, comme nous l’explique Thomas Urben, responsable du secteur ambulatoire d’Addiction Valais: «Il est trop tôt pour commenter cela à l’échelle du canton, mais une étude internationale s’est intéressée à la Suisse et là, nous pouvons constater une augmentation de la consommation de substances addictives au sein de la population. Une situation corroborée par les observations réalisées sur le terrain par Addiction Valais.»

Les consultations qui ont actuellement lieu au sein de la fondation concernent principalement des problèmes de consommation d’alcool. Viennent ensuite le cannabis, la cocaïne et l’héroïne. «Cela s’explique principalement par l’accessibilité de ces produits», précise Thomas Urben.

A l’origine, l’ennui et l’anxiété

On distingue deux types de raisons qui peuvent actuellement mener à ces consommations problématiques. La première touche les personnes qui présentaient une addiction avant le confinement de mars dernier. «On peut expliquer un regain d’intérêt pour ces substances en raison d’une plus grande difficulté à gérer le stress, ses inquiétudes ou certaines angoisses.»

L’augmentation au niveau national peut quant à elle s’expliquer principalement par le manque d’occupation, l’ennui ou la perte des repères quotidiens. C’est surtout le cas pour les personnes qui ne rencontraient pas ou peu de consommations problématiques, à l’instar de Pascal (nom d’emprunt) qui s’est progressivement réfugié dans l’alcool, lors du confinement de mars à mai: «Tout a basculé à ce moment-là. Comme tout bon Fribougeois habitant en Valais, j’aime bien boire un verre. Je n’ai jamais apprécié l’alcool fort – le fendant en est déjà pour moi; j’étais par contre amateur de bière, et je suis rapidement passé à près de cinq à six bières par jour.»

Pascal est parfaitement lucide sur les raisons qui l’ont poussé à consommer plus et plus souvent: «Rester à la maison, c’est bien joli: durant trois semaines, un mois, on prend cela pour des vacances, mais je me suis rapidement ennuyé. Etant une personne à risques, je devais éviter les contacts… Plus le temps passait, moins j’avais d’envies. Si j’essayais de faire quelque chose et que je n’y parvenais pas, j’ouvrais une bière, car c’était le seul truc qui me faisait plaisir. J’avais trouvé mon échappatoire dans l’alcool.»

Addiction Valais, une bonne ressource pour trouver du soutien

Sa femme s’inquiète alors de ses oublis de plus en plus fréquents et répétés. Ils en discutent; elle parvient à le convaincre de se rendre auprès d’Addiction Valais. «On y rencontre des professionnels pour des entretiens d’une heure environ. Il s’agit d’un suivi psychologique avec des stratégies concrètes à mettre en place au quotidien. Durant deux mois, j’y suis allé toutes les semaines. Les premières fois, j’ai trouvé que c’était un peu de la poudre aux yeux. Mais en discutant – c’est très cordial, presque amical – il y a tout d’un coup une phrase qui passe et qui fait tilt.»

Cela fait trois mois et demi que Pascal a complètement arrêté l’alcool. «Je retourne encore à Addiction Valais, mais moins souvent: seulement trente minutes, pour faire le point.» Il garde néanmoins un regard honnête sur sa consommation passée: «Un mois ou deux de plus, et j’aurais vraiment pu devenir une loque… Je ne serais sans doute plus avec ma femme.»

Risquez-vous une dépendance?

En ce qui concerne l’alcool, les recommandations de la Confédération évoquent une consommation problématique dès deux verres par jour pour les hommes; un verre d’alcool par jour pour les femmes.

Posez-vous la question de la fonction du produit que vous consommez. Le faites-vous par plaisir ou pour dissimuler une émotion négative?
Thomas Urben, Responsable du secteur ambulatoire d’Addiction Valais

«Dans l’idéal, il est également recommandé de faire des jours de pause, en interrompant par exemple sa consommation durant un à deux jours par semaine», suggère Thomas Urben. «Dans les faits, j’invite les personnes à se poser la question de la fonction du produit: est-ce que je consomme de manière sociale? Est-ce que je consomme pour le plaisir? Est-ce que je consomme pour vaincre ou dissimuler des émotions négatives? Les réponses à apporter ne sont pas les mêmes et dépendront bien évidemment de la raison de cette consommation. De même, personne n’est égal face aux addictions et chacun répond du mieux qu’il peut en fonction de ses ressources. Quoi qu’il en soit, en cas de perte de contrôle ou d’impacts négatifs sur sa vie professionnelle et/ou privée, il est nécessaire de consulter un professionnel.»

En savoir plus : sur la page d'Addiction Valais

Vous voulez connaître votre niveau d'addiction à différentes substances? Testez-vous!

En savoir plus : Conseils pratiques pour tous les âges durant cette période particulière

Les conseils de quelqu’un qui est passé par là

Quand on lui demande quels conseils il pourrait donner à quelqu’un qui se découvrirait, comme il l’a été, sur la pente glissante, Pascal pointe du doigt l’ennui: «Si vous ne pouvez momentanément plus travailler, ou que vous êtes en RHT, les journées peuvent sembler longues, et je pense que l’essentiel est de se trouver des occupations. Allez marcher en montagne, dans les vignes ou au bord du Rhône, faites du vélo, de l’exercice, bougez. Si vous n’êtes pas sportif, lisez, renouez avec des loisirs qui vous font plaisir, des activités qui vous vident la tête et vous font voir autre chose que l’écran de télévision ou la vaisselle à faire (il rit). Et si vous vous sentez vraiment dépourvu, n’hésitez pas à contacter Addiction Valais. C’est un bon service et en plus, c’est gratuit!»

A lire aussi : Il est plus risqué de consommer des psychotropes quand on est seul pendant les Fêtes

A lire aussi : Addiction: la surconsommation de somnifères et de tranquillisants inquiète

Les questions à se poser:

 

  • Quand et pourquoi? Consommez-vous par plaisir? pour des raisons sociales? pour oublier quelque chose? etc.
  • Quoi? Alcool, drogues, réseaux sociaux, jeux vidéos, de nombreuses addictions sont possibles.
  • Combien? En matière d’alcool, la Confédération parle de consommation problématique dès 2 verres par jour pour les hommes; dès 1 verre par jour pour les femmes.
  • Comment? Votre consommation influence-t-elle votre vie privée? professionnelle?

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Chronique santéQu’est-ce que le placement à des fins d’assistance?Qu’est-ce que le placement à des fins d’assistance?

Top