07.06.2019, 10:02
Lecture: 12min

Cohésion cantonale: regards croisés au-dessus de la Raspille

Premium
chargement

Rapprocher Le nombre de pendulaires entre le Valais et Berne a quadruplé, depuis l’ouverture du Lötschberg en 2007. Une semaine après que «Le Nouvelliste» a montré que 1900 Valaisans se rendent régulièrement à Berne pour travailler, cinq personnalités du Haut et cinq du Bas évoquent la relation entre les deux régions. En attendant les travaux de la Constituante, elles proposent également des pistes pour améliorer la cohésion cantonale.

Premium
Cohésion cantonale: regards croisés au-dessus de la Raspille

1. Le Lötschberg a-t-il éloigné les Valaisans?

Vu du Haut…

… la majorité de nos interlocuteurs considère que le Lötschberg n’a pas éloigné les Valaisans francophones et germanophones. Et pour cause: ceux-ci l’étaient déjà avant l’ouverture du tunnel de base en 2007. Journaliste à Kanal 9, Isabel Zumofen constate que de nombreux Haut-Valaisans prisaient déjà les emplois offerts par le canton de Berne, plus diversifiés et en allemand. «Avant, les Haut-Valaisans déménageaient à Berne. Aujourd’hui,...

À lire aussi...

RAPPROCHERLe tunnel du Lötschberg, cette voie vers l’emploiLe tunnel du Lötschberg, cette voie vers l’emploi

Top