Réservé aux abonnés

À la Rosablanche, sourires, larmes et accordéons

L'arrivée au sommet du couloir long de 1312 marches sonne comme une libération pour de nombreux coureurs. Plongée dans l’ambiance folle de la Rosablanche.
21 avr. 2018, 17:12 / Màj. le 21 avr. 2018 à 17:48
A l'arrivée du couloir de la Rosablanche, les patrouilleurs sont portés par les encouragements des spectateurs.

7h00, le soleil émerge timidement à 3160 mètres. Ses rayons encore doux colorent les pentes enneigées. Pour les coureurs, en partance de Zermatt ou d’Arolla, la nuit a été longue et l’arrivée au sommet de la Rosablanche se vit comme un rêve éveillé.  «J’ai tellement de sentiments qui se mélangent, que je n’arrive même pas à décrire ce que je ressens!», lâche avec émotion Delphine de Sembrancher qui court la Patrouille des Glaciers pour la premi&e...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an