Opinions

Un mal, des mots. Le grain de sel d’Estelle Baur

chargement
 10.09.2021, 20:00
Estelle Baur, journaliste "Le Nouvelliste".
Chronique

Le coronavirus a changé nos habitudes, certes, mais il a également modifié notre vocabulaire. J’en veux pour preuve tous ces mots polysémiques qui semblent aujourd’hui n’avoir plus qu’une seule acception.

Des exemples? Un «certificat» n’atteste plus l’acquisition ou non de compétence, mais d’un compromis sanitaire. Le «gel» n’est ni capillaire ni météorologique; il n’est plus qu’hydroalcoolique. Notre «passeport» ne présente plus notre trombine, mais notre statut vaccinal. La «piqûre» de moustique a fait place à la non moins désagréable piqûre de rappel. Le «masque» n’est plus de beauté ou de carnaval; «Mince! Je l’ai laissé dans la voiture!»

Le moindre symptôme de «toux», évoqué ou expectoré, porte dans ses microgouttelettes le spectre du Covid-19. Dans cette nouvelle normalité, qu’adviendra-t-il de la «bise»? Ne désignera-t-elle plus qu’un vent froid qui souffle sur le Plateau (à nous rendre malade, d’ailleurs).

Il en va de même des «tests»: qu’ils soient d’aptitude ou de dépistage, ils déchaînent aujourd’hui systématiquement le ras-le-bol et les sarcasmes: «C’est comme le Covid: mieux vaut ne pas se faire tester, comme ça on sait pas», suggérait un commentaire sous l’un de nos articles faisant mention d’une campagne de prévention cantonale. Et combien de sens a le mot «irresponsable»?


Toutes les rubriques de notre page réseautage:




Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

ChroniqueConfession intime. Par Philippe BattagliaConfession intime. Par Philippe Battaglia

Time-outSki: le Cervin en arrière-plan lors d’une descente, c’est le jackpot assuré pour ZermattSki: le Cervin en arrière-plan lors d’une descente, c’est le jackpot assuré pour Zermatt

ChroniqueDans le viseur d’Olivier Hugon: «Pass ou pas pass: comment ça va se passer sur les pistes?»Dans le viseur d’Olivier Hugon: «Pass ou pas pass: comment ça va se passer sur les pistes?»

ChroniqueDu besoin de faire «vroum vroum». Le grain de sel d’Estelle BaurDu besoin de faire «vroum vroum». Le grain de sel d’Estelle Baur

ChroniqueUn, deux, trois, soleil. Par Marie Antoinette GorretUn, deux, trois, soleil. Par Marie Antoinette Gorret

Top