Opinions

Quand la réalité dépasse l’affliction. La chronique de Jean-François Albelda

chargement
 10.01.2021, 10:00
Premium
Jean-François Albelda, responsable culture du "Nouvelliste".
Accords et désaccords

Il s’appelle Homelander. Il est une sorte de Superman dévoyé dans l’excellente série «The Boys», dont la troisième saison sera tournée ce début d’année. Mèche blonde domptée au ciment, bannière étoilée en guise de cape, le symbole de l’aigle comme boucle de ceinture, il incarne le pouvoir absolu et sans conscience, l’absence totale d’empathie, et fait son lit – au propre et au figuré – dans une idéologie fasciste qui bouillonne sous une surface patriote parfaitement lissée.

Les comics...

À lire aussi...

Accords et désaccordsEssentiel ou pas: l’insoutenable légèreté des lettres. La chronique de Jean-François AlbeldaEssentiel ou pas: l’insoutenable légèreté des lettres. La chronique de Jean-François Albelda

Accords et désaccordsHumour et totalitarisme: la puissance de la dérision. La chronique de Jean-François AlbeldaHumour et totalitarisme: la puissance de la dérision. La chronique de Jean-François Albelda

Accords et désaccordsCinéma: écrans verts et rétines lessivées. La chronique de Jean-François AlbeldaCinéma: écrans verts et rétines lessivées. La chronique de Jean-François Albelda

Accords et désaccordsCynisme et civisme: éclairer les belles choses. La chronique de Jean-François AlbeldaCynisme et civisme: éclairer les belles choses. La chronique de Jean-François Albelda

Accords et désaccordsPéril et plaisir: désigner le monstre. La chronique de Jean-François AlbeldaPéril et plaisir: désigner le monstre. La chronique de Jean-François Albelda

Top