Opinions

Musique et finitude: Arno, plus beau que jamais. Par Jean-François Albelda

chargement
 16.05.2021, 10:00
Lecture: 4min
Premium
Jean-François Albelda, responsable Culture au "Nouvelliste".
Accords et désaccords

Je me souviens d’un concert, d’une baffe inattendue, comme ça, en pleine face, dans le contrejour brutal d’une grande scène soudain trop petite pour contenir la puissance qui se dégageait de l’artiste et de ses musiciens. C’était Arno, c’était au Pully For Noise en 2003 et c’était une véritable leçon de rock’n’roll pour un public pourtant plus qu’initié à la chose électrique.

Arnold Charles Ernest Hintjens, le flamand bleu d’Ostende, avait alors 54 ans au compteur, et, accroché...

À lire aussi...

Accords et désaccordsInaction et créativité: les bienfaits de l’ennui. La chronique de Jean-François AlbeldaInaction et créativité: les bienfaits de l’ennui. La chronique de Jean-François Albelda

Accords et désaccordsDéconfinement: les vertus du respirer ensemble. La chronique de Jean-François AlbeldaDéconfinement: les vertus du respirer ensemble. La chronique de Jean-François Albelda

Accords et désaccordsPhysique et talent: Hoshi, ainsi soit-elle! La chronique de Jean-François AlbeldaPhysique et talent: Hoshi, ainsi soit-elle! La chronique de Jean-François Albelda

Accords et désaccordsSanté mentale: quand l’IA entre dans le «Club des 27». La chronique de Jean-François AlbeldaSanté mentale: quand l’IA entre dans le «Club des 27». La chronique de Jean-François Albelda

Accords et désaccordsIdentités: au présent du vindicatif. La chronique de Jean-François AlbeldaIdentités: au présent du vindicatif. La chronique de Jean-François Albelda

Top