Opinions

Humour et totalitarisme: la puissance de la dérision. La chronique de Jean-François Albelda

chargement
 13.12.2020, 10:00
Premium
Jean-François Albelda, responsable culture du "Nouvelliste".
Accords et désaccords

En 2012, l’écrivain Timur Vermes publiait le best-seller «Il est de retour», ressuscitant un Adolf Hitler qui se réveille en 2011 dans un terrain vague de Berlin et confronte ses idées et son regard au monde tel qu’il est devenu. L’anachronisme de la pensée, le décalage des situations, l’absurde de la narration à la première personne, les ressorts comiques sont nombreux et fonctionnent assez génialement. Un peu comme dans le film «Jojo...

À lire aussi...

Accords et désaccordsCynisme et civisme: éclairer les belles choses. La chronique de Jean-François AlbeldaCynisme et civisme: éclairer les belles choses. La chronique de Jean-François Albelda

Accords et désaccordsPéril et plaisir: désigner le monstre. La chronique de Jean-François AlbeldaPéril et plaisir: désigner le monstre. La chronique de Jean-François Albelda

Accords et désaccordsDécence et défaite: Make Cioran and Cohen great again. La chronique de Jean-François AlbeldaDécence et défaite: Make Cioran and Cohen great again. La chronique de Jean-François Albelda

Accords et désaccordsPouvoir et pulsions: we need to talk about Kevin. La chronique de Jean-François AlbeldaPouvoir et pulsions: we need to talk about Kevin. La chronique de Jean-François Albelda

Accords et désaccordsCeux qui sèment encore. La chronique de Jean-François AlbeldaCeux qui sèment encore. La chronique de Jean-François Albelda

Ceux qui sèment encore

C’est peut-être une petite coquetterie, une susceptibilité mal placée en ces temps de crise, certainement corrélée au...

  01.11.2020 10:00
Premium

Top