Opinions

Essentiel ou pas: l’insoutenable légèreté des lettres. La chronique de Jean-François Albelda

chargement
 20.12.2020, 10:00
Premium
Jean-François Albelda, responsable culture du "Nouvelliste".
Accords et désaccords

Un proverbe égyptien dit: «Tu as l’avantage sur la colère quand tu te tais.» Quand Jean-Marie Bigard hurle sa rage sur la journaliste qui l’interviewe et lâche dans un cri rauque: «On nous manipule. On organise une dictature chez nous», il perd. Ses nerfs déjà. Et le sens des mots. Une dictature, c’est quand on essaie de survivre à Alep au milieu des gravats et qu’on se prend sur la tête les bombes incendiaires au phosphore blanc...

À lire aussi...

Accords et désaccordsHumour et totalitarisme: la puissance de la dérision. La chronique de Jean-François AlbeldaHumour et totalitarisme: la puissance de la dérision. La chronique de Jean-François Albelda

Accords et désaccordsCinéma: écrans verts et rétines lessivées. La chronique de Jean-François AlbeldaCinéma: écrans verts et rétines lessivées. La chronique de Jean-François Albelda

Accords et désaccordsCynisme et civisme: éclairer les belles choses. La chronique de Jean-François AlbeldaCynisme et civisme: éclairer les belles choses. La chronique de Jean-François Albelda

Accords et désaccordsCeux qui sèment encore. La chronique de Jean-François AlbeldaCeux qui sèment encore. La chronique de Jean-François Albelda

Ceux qui sèment encore

C’est peut-être une petite coquetterie, une susceptibilité mal placée en ces temps de crise, certainement corrélée au...

  01.11.2020 10:00
Premium

Accords et désaccordsPéril et plaisir: désigner le monstre. La chronique de Jean-François AlbeldaPéril et plaisir: désigner le monstre. La chronique de Jean-François Albelda

Top