Opinions

Dans le viseur de Stéphanie Germanier: «Et la politesse, saperlipopette!»

chargement
 19.12.2020, 05:30
Premium
Stéphanie Germanier, rédactrice en chef adjointe
Chronique

Il est des métiers difficiles en ce moment. Restaurateur. Infirmier. Musicien. Conseiller fédéral ou encore journaliste. Chacun son fardeau, mais c’est toujours celui qu’on porte qui pèse le plus.

L’image vient de mon collègue Patrick Ferrari. Je vous la rends ici: être journaliste ces temps-ci, c’est comme si vous étiez boulanger et que, tous les matins, quelqu’un (client fidèle ou pas) pousse votre porte et vous hurle «ton pain, c’est de la merde» avant de...

À lire aussi...

time-outLa finale de la Copa America était une très bonne propagande pour le… football européenLa finale de la Copa America était une très bonne propagande pour le… football européen

time-outUn cycliste qui roule trop vite, qui vole dans les cols et qui paraît trop facile, forcément, ça interpelleUn cycliste qui roule trop vite, qui vole dans les cols et qui paraît trop facile, forcément, ça interpelle

parole d’expertsLa chronique de Steve Morabito: «Les spectateurs, ces îlots mobiles imprévisibles…»La chronique de Steve Morabito: «Les spectateurs, ces îlots mobiles imprévisibles…»

La chronique de Steve Morabito

Steve Morabito, ancien professionnel, désormais président de la Fédération cycliste valaisanne, revient sur les chutes...

  01.07.2021 19:00
Premium
  Opinions

time-outLe Tour de France, un grand cirque où l’on vient aussi pour être vuLe Tour de France, un grand cirque où l’on vient aussi pour être vu

ChroniqueVers une réforme de la justice valaisanne. Par Marion MabillardVers une réforme de la justice valaisanne. Par Marion Mabillard

Top