Marc-André Berclaz: «Et puis si tu pouvais commencer par les plus démunis, les plus défavorisés, les plus fragiles ce serait parfait»

Une lettre cadeau chaque jour jusqu’au 24 décembre. Voilà ce que vous offre «Le Nouvelliste» en collaboration avec le festival Lettres de soie. Aujourd’hui, Marc-André Berclaz s’adresse au père Noël.
24 déc. 2020, 08:00
/ Màj. le 24 déc. 2020 à 08:00
Marc-André Berclaz pour notre calendrier de l'avent.

Cher Santa,

Il y a un bon moment que je ne t’ai plus écrit et j’ai beaucoup hésité à reprendre ma plume pour te faire part de mes états d’âme. Pardonne-moi si je suis familier mais il y a tellement longtemps que nous nous connaissons. Je m’adresse à toi aujourd’hui empli de doutes et de questionnements. Je sais que beaucoup ne croient pas à ton existence même si les radars du NORAD ont suivi la progression de ton traîneau tout au long de l’avent.

Je voulais t’interpeller pour te demander où tu étais passé cette année? Tu étais en vacances ou quoi? Ou dans le Nord près du paradis bloqué par les restrictions de voyage? J’avais compris que tu étais chargé de mettre un peu de joie dans le monde en nous gratifiant de cadeaux aussi beaux que mérités. Parlons-en des cadeaux, toi qui viens du ciel, des pluies de difficultés, des empêchements et des entraves, des frustrations et des misères, voilà ce que nous avons trouvé sous le sapin de Noël. J’aurais compris un tel traitement venant du père Fouettard. Mais toi le père Noël, quasi-bras droit du Seigneur, tu as perdu ton cahier des charges? Je ne sais pas qui fait ton évaluation annuelle mais pour ce qui est de l’atteinte des objectifs c’est une catastrophe et pour la prime de performance tu repasseras. Je dirais même que tu frises l’audit organisationnel là. Tu as géré ton affaire comme un débutant. Et n’essaie pas de me dire que c’est la faute à Rudolph, je connais la méthode. Quelque chose ne va pas, hop on refile la patate au N°1, trop facile! 

Mais rien n’est perdu cher Santa, il te reste quelques heures pour arranger les choses avant la nuit de Noël. Voici une petite liste à titre indicatif, j’aimerais un vaccin efficace, des vacances pour le personnel de la santé, des convives pour nos restaurants, plein de manifestations artistiques, beaucoup de bienveillance et de tolérance et de la santé beaucoup de santé. Et puis si tu pouvais commencer par les plus démunis, les plus défavorisés, les plus fragiles ce serait parfait.

J’espère que ce n’est pas trop te demander. 

Bien à toi

Marc-André Berclaz, directeur opérationnel de l’Antenne EPFL Valais Wallis