Les conseils bien-être

Nos cousins Japonais. Par Gaëlle Fumeaux

chargement
 26.07.2021, 11:00
Gaëlle Fumeaux, diplômée sport et santé.
Bien-être

Alors que les Jeux Olympiques ont commencé et que les finales et médailles dominent l’actualité sportive, la Suisse et le Japon sont les finalistes d’un autre classement ô combien important, celui de l’espérance de vie. Quels sont les points communs entre ces deux pays culturellement et géographiquement si éloignés?

Tout d’abord une hygiène de vie exceptionnelle. L’espérance de vie est intimement liée à un mode de vie sain, caractérisé par une alimentation équilibrée et un taux d’activité physique élevé. Plus de 70% des Suisses sont actifs physiquement, c’est-à-dire pratiquent une fois par semaine plus de 150 minutes d’activité physique modérée ou plus de deux fois par semaine une activité intense (statistiques de l’OFS). Un chiffre très élevé, notamment en comparaison avec nos voisins français qui ne sont qu’un tiers à pratiquer une activité physique au moins une fois par semaine. Les Japonais quant à eux pointent au quatrième rang du classement mondial listant le nombre de pas moyen parcourus quotidiennement par ses habitants. La répartition au sein de la pyramide des âges marque en revanche une différence importante entre les deux pays. Au Japon, les retraités constituent la classe d’âge la plus active sportivement alors qu’en Suisse la pratique d’une activité physique diminue avec le poids des années. Ce constat n’est pas sans lien avec le nombre de centenaires par habitant. Le Japon y occupe la première place mondiale avec plus de 50’000 centenaires vivant sur les différents archipels.

Si la Covid a eu un impact négatif sur la pratique sportive en Europe et sur la prise de masse corporelle de ses habitants, l’inverse a été observé au Japon. Des programmes de sport diffusés à large échelle sur les télévisions publiques ont notamment incité les Japonais à pratiquer au sein de leurs logements ou des cours intérieures des immeubles.

Le volume de nourriture ingérée représente un autre facteur intéressant. Si nous avons tendance à manger plus que nécessaire par gourmandise ou par pression sociale et culturelle de terminer son assiette, les Japonais s’arrêtent fréquemment avant satiété. Le Japon est ainsi tout en bas de l’échelle de l’obésité avec moins de 4% de sa population rentrant dans cette catégorie.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Bien-êtreA l’eau, ici l’été. Par Gaëlle FumeauxA l’eau, ici l’été. Par Gaëlle Fumeaux

Top