Les 30 ans de la catastrophe de Tchernobyl
  11.04.2016, 22:51

Pripyat et Slavoutytch, destins croisés de deux villes bouleversées par la catastrophe de Tchernobyl

chargement
1/55  

Série 30 ans de Tchernobyl Il y a 30 ans le monde vivait le premier accident nucléaire majeur de son histoire. Le 26 avril 1986, explosait le réacteur 4 de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine (alors membre de l’URSS), provoquant une importante fuite radioactive, dont les conséquences sont toujours perceptibles aujourd’hui. Pour marquer cet événement, plongée en 5 volets dans le monde post-Tchernobyl. Ce mercredi place aux bouleversements urbanistiques de toute une région, de Pripyat devenue ville fantôme à Slavoutytch, cité née de la catastrophe.

L'une est devenue ville fantôme, l'autre ville champignon. Pripyat et Slavoutytch racontent toutes les deux l'histoire de l'accident nucléaire de Tchernobyl, bien que leurs destinées soient en tout point opposées. Alors qu'explose le réacteur 4 de la centrale cette funeste nuit du 26 avril, les habitants de Pripyat doivent évacuer la ville dans la précipitation, abandonnant dans la foulée la plupart de leurs biens. Ils ne le savent pas encore, mais c'est toute une vie qu'ils laisseront derrière eux. Tandis que Pripyat retourne inexorablement à la terre, à quelques dizaines de kilomètres de là, Slavoutytch a accueilli depuis la plupart de ces damnés du nucléaire.

La mort de Pripyat

Lorsque l'on évoque le nom de Pripyat, ce sont toujours les mêmes images de lieux abandonnés qui viennent à l'esprit. Autour de la place centrale cernée de gigantesques ensembles bâtis de style soviétique, on peut y apercevoir aujourd'hui les vestiges d'un supermarché devenu au fil du temps un amas de ferraille et de chariots rouillés. Un peu plus loin on trouve les restes d'un magasin de meubles jonchés de débris au milieu d'une cohorte de bâtiments décatis, dont seules les enseignes "restaurant" ou "hôtel" sur les façades permettent d'identifier leur fonction passée.

Au gré des avenues envahies par la végétation apparaissent çà et là un stade de football, une salle de sport, une piscine, un hôpital ou encore une école. Cette dernière offre sans doute l'un des spectacles les plus glaçants. Au milieu des salles de classe délabrées, les pupitres s'entassent, tandis que le sol est recouvert de manuels scolaires et autres cahiers avec des dessins d'enfants. Mais, la ville fantôme de Pripyat ne serait rien sans sa gigantesque roue, symbole d'une insouciance à jamais perdue. Cette attraction phare d'un parc de loisirs n'a jamais servi et pour cause. Son inauguration était prévue le 1er mai, soit un peu moins d'une semaine après l'accident.

 

Précisons au passage que Pripyat n'est pas la seule ville à avoir été subitement désertée. De très nombreux villages dans un rayon proche de la centrale ont également subi le même sort, offrant toujours ce même spectacle de désolation à la fois fascinant et effrayant. 

 

Le visage arboré aujourd'hui par Pripyat tranche avec celui de la florissante cité qu'elle fut autrefois. Érigée en 1970 à 3 kilomètres seulement de la centrale, la ville abritait les ouvriers et leurs familles, soit une population totale de 50 000 habitants. "Il y avait 19 blocs de logements étudiants. Puis, sont arrivés les travailleurs de la centrale et des ouvriers; les appartements ont alors rapidement trouvé preneur – chose rare à l'époque en Union soviétique – et la ville a prospéré", se souvient avec nostalgie Liudmila Bieloucrainskaya. "Vous ne pouvez pas imaginer à quel point la cité était belle. C'était la ville des roses, de la joie, des amis; tout brillait ici. De nombreux jeunes y vivaient. L'âge moyen de la population était de 26 ans", ajoute encore cette ex-employée de la centrale à l'agence espagnole EFE.
 

 

La naissance de Slavoutytch

Encore à l'état de vaste prairie inhabitée avant le 26 avril 1986, Slavoutytch est devenue en l'espace de quelques années la nouvelle Pripyat. En effet, la ville située à 30 kilomètres de la centrale a été érigée par les autorités soviétiques en un temps record, afin d'y reloger les habitants évacués de la zone d'exclusion de Tchernobyl et les ouvriers travaillant à décontaminer le site de la centrale. Pour faciliter le peuplement de cette cité née de la génération spontanée, de nombreuses familles se sont d'ailleurs vus remettre un logement à titre gracieux.

 

Aujourd'hui composée de 25 000 habitants, la cité fait la part belle aux piétons, comme l'explique cet article de La Documentation française. De larges boulevards permettent aux voitures d’accéder aux différents quartiers tout en évitant de provoquer une intense circulation au centre-ville. On y trouve tous les services publics nécessaires, des établissements scolaires à l'hôpital, en passant par une piscine couverte et un stade.

 

Mais, à certains égards cette nouvelle Pripyat semble parfois aussi morte que l'ancienne après le départ précipité de ses habitants. Bien que le niveau de vie y soit relativement élevé en comparaison d'autres villes ukrainiennes, les installations tombent en ruine, faute d'entretien. Certes, la cité accueille de nombreux expatriés engagés à concevoir le nouveau sarcophage qui doit éviter toute fuite radioactive du réacteur endommagé, mais le nombre d'employés sur le site de Tchernobyl a drastiquement chuté depuis plusieurs années. Et puis la guerre du Donbass consécutive à la crise politique traversé par le pays depuis 2014 a mobilisé plusieurs jeunes de la ville sur le front.

Malgré tout, la ville déborde de vie. Même si l'acte de naissance de Slavoutytch est des plus dramatiques, sa jeunesse refuse d'être constamment ramenée à cette funeste origine, d'autant que la plupart de ses membres ne l'ont pas vécu. Le photoreporter genevois Niels Ackermann vient de passer 3 années auprès de ces jeunes. Il en dresse un portrait ébouriffant entre émois amoureux, désillusions, rêves et rites adolescents, comme le laissent entrevoir les quelques images dévoilées sur son site. À noter qu'elles ont été compilées dans un ouvrage, qui vient de paraître et intitulé "L'ange blanc".

One of the pictures of my 3 years long project in Slavutych, Ukraine's youngest city! https://wemakeit.com/projects/chernobyl-s-children-grew-up

Posté par Niels Ackermann sur vendredi 15 mai 2015
 

WOW! We reached the 6'000.- goal... in less than 3 days! You are incredible. Thank to all of you for your precious...

Posté par Niels Ackermann sur dimanche 17 mai 2015

 

 

 

Retrouvez le 2e volet de notre série ce jeudi 21 avril. Il sera consacré à l'incroyable capacité d'adaptation de la faune et de la flore dans la zone contaminée autour de la centrale.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Série 30 ans de TchernobylMusique, BD ou série TV, comment Tchernobyl a irradié la création artistiqueMusique, BD ou série TV, comment Tchernobyl a irradié la création artistique

Série 30 ans de TchernobylLes animaux redonnent vie à la zone contaminée de TchernobylLes animaux redonnent vie à la zone contaminée de Tchernobyl

Top