Le terroir valaisan

Riddes: Philippe Dorsaz propose des paniers goûteux

chargement

Agriculture Chez Philfruits à Riddes un dialogue est noué tous les jours avec les consommateurs. Des rendez-vous agritouristiques sont proposés à la clientèle durant la belle saison.

 20.03.2021, 20:00
Il cultive 12 hectares d’abricotiers sur son domaine.

A deux pas d’une petite place de jeux où les enfants s’égaient en attendant leurs parents, Philippe Dorsaz travaille la terre nourricière. Celle qui produit fruits et légumes gorgés de soleil que sa clientèle aime choisir sur ses étals. Et déguster à l’occasion de goûters vitaminés.

En quelques mots, le décor est planté à Riddes entre vergers, fleuve et cimes. Doté d’un solide sens de l’accueil, l’agriculteur qui cultive aujourd’hui quelque 25 hectares multiplie les initiatives. «Après avoir transformé ce hangar agricole en surface de vente directe en 2002, j’ai dû me montrer patient durant trois ans pour le rentabiliser, personne ne savait où il était situé.» Depuis, il l’a toujours mieux achalandé, y proposant aussi d’autres produits du terroir de plusieurs producteurs de la région.

Le fait maison ravit les papilles. Des eaux-de-vie, des gelées, des pestos, des sauces sont en effet confectionnés sur place. Cette offre correspond à la philosophie du patron «qui est de renouer le dialogue entre producteurs et consommateurs.»

L’auto-cueillette, prisée, autorise une immersion didactique pour les familles. Ce retour à la nature ne s’arrête pas en si bon chemin. Des animaux gambadant dans un enclos font le bonheur des plus jeunes visiteurs. Et les plus grands réservent des ateliers, les pieds dans l’herbe. Le secret des fleurs pour plaire aux insectes a été par exemple programmé en 2020. Avec poésie et savoir, le bonheur est dans le pré.

Une affaire de famille

Dans la famille Dorsaz, on est cultivateur de génération en génération depuis plus de 100 ans. C’est sans hésiter que Philippe Dorsaz a choisi ce métier dans l’adolescence. Après un CFC en cultures spéciales, il loua des terrains pour agrandir les parcelles. «A l’époque, ce n’était pas facile d’en trouver, il y avait beaucoup d’agriculteurs.»

Sa fille Mélanie, ingénieur agronome, le seconde aujourd’hui sur l’exploitation. Une collaboration qui donne de beaux fruits. «Je pense que je referai la même chose mais plus petit», lance-t-il lorsqu’il s’arrête sur son parcours professionnel.

Quelques instants plus tard, il se ravise, un grand sourire aux lèvres. «Mais ce n’est même pas sûr, je ne tiens pas en place, j’ai toujours envie d’en faire plus et toujours mieux.» En revanche, il diminuerait volontiers les tâches administratives qui ont beaucoup augmenté au fil des ans.

La qualité au menu

Sur son site, Philippe Dorsaz annonce la couleur. «Nous pratiquons une agriculture raisonnée et respectueuse en suivant les principes du label IP-Suisse», mentionne-t-il. «Nous utilisons des insectes bénéfiques pour contrôler les ravageurs et ainsi protéger nos cultures sans chimie.» Des dizaines de variétés sont au menu. Même le melon se plaît sous le ciel valaisan.

Son ouvrage quotidien et son dynamisme lui ont valu une belle récompense en 2017 avec la visite du Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann. «La Chambre valaisanne d’agriculture avait téléphoné pour annoncer que le Conseiller fédéral assisterait au brunch du 1er août, bien sûr on était très content.» Comme une cerise sur un gâteau qu’il partage bien sûr, comme toujours.

Ses produits phares

Il y a fraise et fraises. Cultivée sur cinq hectares, elle est toujours attirante. Vivara, Clery, Mara des bois, Favori, Furore, Laetitia, Magnum, Bravura, Joly, Roxana étaient prévues en 2020 pour la Fête de la fraise qui a lieu chaque année au cœur du domaine.
Malheureusement, la pandémie a eu raison de ce rendez-vous très apprécié. Il attire en effet en moyenne plus de 5000 visiteurs. En 2019, 1600 kilos avaient trouvé preneur.
La maison se montre à chaque fois très généreuse. Mélanie Dorsaz souligne qu’à chaque édition deux palettes pour la dégustation, soit 400 kilos, sont offertes. Les abricots partent, on ose le dire, comme des petits pains. Ils sont vendus au domaine mais aussi au kiosque de Bovernier tenu par Laurette.

Son coin de paradis

Sans hésiter, il regarde du côté de la montagne et désigne les environs d’Isérables. De là-haut, il embrasse du regard la plaine du Rhône. La quiétude qui y règne l’enchante. Un chalet lui permet de contempler cette nature qu’il aime tant. Il apprécie aussi se ressourcer au milieu des mélèzes centenaires de Balavaux.

INFOS PRATIQUES

Le magasin est situé au numéro 25 du Chemin des Portions Neuves à Riddes. Il est ouvert 7 jours sur 7 de mai à octobre. Informations complémentaires sur www.philfruits.ch.

Cet article peut être lu dans notre magazine «Terroirs» paru le 16 mars. Vous pouvez le consulter en cliquant sur la couverture ci-dessous.

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

La plante du droguisteLe genévrier, un allié pour votre cure détoxLe genévrier, un allié pour votre cure détox

découverteAu Bouveret, des bijoux pensés pour la planèteAu Bouveret, des bijoux pensés pour la planète

Légumes 3/3Un trio de recettes qui met l'eau à la bouche!Un trio de recettes qui met l'eau à la bouche!

cadeauLe magazine "Terroirs" en lecture gratuite c'est par iciLe magazine "Terroirs" en lecture gratuite c'est par ici

Légumes 2/3Pourquoi valoriser et protéger des variétés rares?Pourquoi valoriser et protéger des variétés rares?

Top