Poulette recyclée. Par Caroline Saillen

12 oct. 2021, 11:00
/ Màj. le 12 oct. 2021 à 11:00
Caroline Saillen, médecin vétérinaire.

En octobre 2018, les poules étaient à l’honneur dans un de mes articles pour «Le Nouvelliste». Il était question d’adopter des poulettes afin d’avoir des œufs frais directement chez soi.

A lire aussi: Poulette de compagnie. Par Caroline Saillen

Quatre ans après, ces volatiles ont toujours autant la cote, mais leur provenance a changé. Dorénavant, les pondeuses sont «sauvées» de l’abattoir plutôt que d’être achetées chez des particuliers; ce sont les poules «de réforme». Cela est possible grâce à une prise de conscience collective et à l’aspiration à consommer des produits plus respectueux du bien-être animal.

L’aviculture est régie par la saison de ponte. Les premiers œufs seront pondus à l’âge de 5-8 mois et les derniers vers l’âge de 18 mois. Ensuite, la poule n’est plus rentable pour l’éleveur industriel et donc le poulailler est vidé; c’est ce qu’on appelle un vide sanitaire. C’est à ce moment-là que les volailles sont recyclées! Vous pouvez les adopter à un prix symbolique et leur offrir une seconde vie en leur permettant de vivre de nouvelles aventures dans vos jardins. En procédant de la sorte, ne vous attendez pas forcément à avoir beaucoup d’œufs. Ces poules ont déjà arrêté ou vont arrêter de pondre et pourraient ne plus jamais reprendre la ponte. Avec l’adoption des réformées, vous aurez aussi certainement plus de frais vétérinaires. Effectivement, la détention correcte des poules industrielles, même si elle est réglementée et que la plupart des aviculteurs sont consciencieux, laisse des traces. Ces volatiles ont la sale habitude de se picorer les plumes, la crête, les barbillons ou les pattes, ce qui peut engendrer des blessures qui peuvent nécessiter des soins quotidiens.

Notons au passage qu’il est obligatoire d’enregistrer toutes les poules dans la nouvelle base de données en ligne de l’Etat du Valais. Le recensement de toute détention de volaille est même obligatoire depuis 2010.

Posséder des poules impose aussi de connaître leur comportement et leurs besoins. Cette espèce animale aime notamment gratter la terre et manger de l’herbe, elle est donc à proscrire en appartement! Une détention correcte, une nourriture variée, ainsi qu’une hygiène irréprochable restent les meilleures parades à la plupart des pathologies touchant ces nouveaux animaux de compagnie. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire pour le bien-être de vos nouvelles protégées!

En savoir plus: Le site de la pratique vétérinaire Valesia