FC Sion
 20.07.2018, 19:17

Christian Constantin décrète le boycott du «Nouvelliste» pour la saison 2018-2019

chargement
Christian Constantin ne veut plus voir les représentants du "Nouvelliste" au stade de Tourbillon.

 20.07.2018, 19:17 Christian Constantin décrète le boycott du «Nouvelliste» pour la saison 2018-2019

Football Le président du FC Sion prive le quotidien valaisan de l’accès au stade de Tourbillon et de contact avec les membres du club sédunois.

C’est du jamais vu en Suisse. Un média se voit interdit de tout accès à un club sportif. «Le Nouvelliste» sera journal non grata au stade de Tourbillon cette saison. Le FC Sion refuse toute accréditation aux collaborateurs du quotidien valaisan pour le championnat 2018-2019. Cette interdiction d’accès aux structures et aux services réservés aux représentants des médias dans l’enceinte sédunoise s’inscrit comme la mesure la plus spectaculaire du boycott décrété par Christian Constantin contre le journal.

A lire aussi : Les journalistes valaisans déplorent le boycott du Nouvelliste par Christian Constantin

Elle se double d’une interdiction totale de communication avec les membres du FC Sion, qu’ils appartiennent à l’encadrement administratif ou sportif du club. «Je ne boycotte pas les représentants du «Nouvelliste», je ne les invite plus. Cela concerne les journalistes et les photographes», motive le président du club valaisan. «Christian Constantin peut jouer sur les mots mais ses mesures engendrent bien un boycott. Cette situation est dommageable pour nos lecteurs, qui s’intéressent beaucoup au FC Sion», relève Eric Meizoz, éditeur du «Nouvelliste».

Matchs à l’extérieur non concernés

Ce refus ne s’applique qu’aux rencontres disputées à domicile dont le club valaisan est l’organisateur selon le règlement du championnat de Super League. «Le Nouvelliste» conserve l’accès aux matchs joués à l’extérieur. «Je n’ai aucun problème avec les journalistes ou photographes auxquels je refuse l’accréditation. Je suis fâché avec le rédacteur en chef», précise Christian Constantin. «Son côté polémique ne me convient pas.» Le dirigeant sédunois cible une rubrique précise. Eric Meizoz la défend. «Depuis le début de la saison passée, notre rédacteur en chef Vincent Fragnière tient une chronique bimensuelle dédiée au FC Sion. La démarche peut plaire ou déranger, mais elle nécessite une vraie liberté de ton. Par ailleurs, nous traitons abondamment et passionnément l’actualité du FC Sion dans nos pages sportives.»

Interdit de camp d’entraînement 

La position prolonge une mesure en vigueur durant toute la période de préparation. «Le Nouvelliste» avait été déclaré «indésirable» lors de la conférence de presse de présentation organisée à Crans-Montana. Il s’était également retrouvé interdit de stade en qualité de représentant des médias lors du match de gala face à l’Inter. Les événements récents sont les ultimes épisodes d’un conflit né de l’affaire dite «Fringer» en septembre 2017. Les commentaires du journal avaient provoqué une première tension. Une deuxième rupture avait suivi lors de la pause hivernale avec le refus d’autoriser au quotidien l’accès aux stages de l’équipe professionnelle en France et en Italie. 

Plusieurs manches de négociations ont ramené les relations à la normale durant le championnat jusqu’à ce qu’une chronique ne provoque une nouvelle réaction de rejet au terme de la dernière saison. «Nous avions un accord avec Vincent Fragnière, il ne l’a pas respecté. A partir de là, des décisions tombent», confie Christian Constantin. «Je m’étais engagé à échanger régulièrement avec lui. Au moment de la parution de l’article qui lui a inspiré ce boycott, Christian Constantin a largement eu la parole dans nos colonnes», affirme Vincent Fragnière.

Une relation historique bouleversée

Cette situation renverse totalement le contexte des relations historiques entre «Le Nouvelliste» et le FC Sion. Directeur du journal, André Luisier prend la présidence du club en 1981. Il souhaite rajeunir le lectorat en faisant de l’actualité du Fc Sion le sujet majeur de la rubrique sportive. «Le Nouvelliste» s’affiche comme parrain principal sur les maillots de l’équipe sédunoise jusqu’en 1992 lorsque Christian Constantin lui succède à la tête du club. Dimanche, contre Lugano, pour la première fois depuis 1968, les places attribuées au «Nouvelliste» dans la tribune de presse du stade de Tourbillon seront vides.
 


À lire aussi...

criseLe boycott injustifiable de Christian Constantin à l'encontre du «Nouvelliste». Le commentaire de Sandra JeanLe boycott injustifiable de Christian Constantin à l'encontre du «Nouvelliste». Le commentaire de Sandra Jean

Top