Entre les ceps
 13.10.2019, 18:00

A la Cave du Chevalier Bayard, c’est «Un pour tous, tous pour un»

chargement
Bertrand Nominé, à gauche, et Alexis Praz, conjuguent leurs compétences à la cave du Chevalier Bayard à Varen ainsi qu'à la maison voisine, C. Varonier & Söhne.

Rencontre La devise des trois mousquetaires d’Alexandre Dumas semble faite pour la cave du Chevalier Bayard à Varen. Une maison qui partage les compétences d’un chef de culture et d’un œnologue avec d’autres producteurs de vins de la région.

On avait en tête une maison un peu vieillotte. Des vins corrects, assez riches et corpulents, gonflés du soleil qui inonde les terrasses surplombant le Parc naturel Pfyn/Finges et manquant souvent de fraîcheur. On avait tout faux. On a découvert une cave mue par une nouvelle dynamique, une direction énergique, des vins très tendus et racés. Que du bonheur! On vous raconte?

Tout commence à la vigne

L’itinéraire qui conduit de la plaine à Varen garde le charme bucolique des petites routes d’autrefois. En serpentant à travers les vignes dorées, on remonte le Rhône et le temps pour aller à la rencontre de Bertrand Nominé et Alexis Praz. Le premier assure depuis quatre ans la gestion des vignes et des ouvriers viticoles de la cave du Chevalier Bayard tandis que le second est chargé de la vinification. Une union de forces et de talents qui contribue au renouveau de la production.

«Au moment de mon engagement, un tournant s’opérait dans la cave du Chevalier Bayard et celle de C. Varonier & Söhne, deux maisons voisines. La nouvelle génération avait décidé de confier l’opérationnel à des tiers et recherchait des professionnels pour monter en gamme, tant au niveau de l’œnologie que de l’adéquation sol-cépage-climat», explique Bertrand Nominé.

«Quand on m’a dit: «Nous avons beaucoup de Pinot noir», je n’ai pas hésité, je suis resté à Varen»,
explique Bertrand Nominé. © Sacha Bittel


Cet agronome grenoblois titulaire d’un master en Vignes et Terroirs a fait ses études à Dijon. Le Pinot noir, cépage bourguignon par excellence, semble guider son parcours. «Quand on m’a dit, «Nous avons beaucoup de Pinot noir sur nos vignobles, nous désirons planifier un réencépagement et déterminer les parcelles sur lesquelles ce cépage se plaît le mieux en fonction du changement climatique», je n’ai pas hésité, je suis resté.»

Depuis 2018, Bertrand Nominé travaille aussi pour la cave du Rhodan à Salquenen. En tout, il gère 30 hectares de vignes, dont 10 hectares pour la cave du Chevalier Bayard. «Tant par soucis pour l’environnement que pour les ouvriers, le vignoble est traité sans produits de synthèse», assure Bertrand Nominé. Si la cave du Rhodan a son propre œnologue, la collaboration entre les caves du Chevalier Bayard et C. Varonier & Söhne s’étend aussi à la vinification.
 

A lire aussi: A la cave du Rhodan, père et fils regardent dans la même direction
 

A la cave, on sublime le raisin

Valdôtain de 35 ans, Alexis Praz a décroché son master d’œnologue à Turin. Engagé il y a six ans par la maison C. Varonier & Söhne, il a effectué sa première vinification pour le Chevalier Bayard en 2018. Les vins de ce millésime portent sa patte. «J’ai beaucoup de liberté ici. Moi qui n’aime pas les vins trop lourds, les Pinots noirs cuits, très mûrs, j’ai pu élaborer des crus avec une belle tension, une fraîcheur et de l’élégance», se réjouit-il.

A la dégustation, les vins de la cave du Chevalier Bayard tiennent la promesse de leur créateur. Beaucoup de race, de finesse, des crus typés, à la belle personnalité, une expression du cépage et du terroir magnifiés.

«J’ai beaucoup de liberté ici. J’ai pu élaborer des crus avec une belle tension, de la fraîcheur et de l’élégance», se réjouit Alexis Praz. © Sacha Bittel

Une étude des sols, une sélection de parcelles et des vinifications parcellaires effectuées de concert entre Bertrand et Alexis ont contribué à cette nouvelle identité vineuse.

Le challenge pour cet œnologue qui partage son talent entre deux caves est de dessiner des vins aux personnalités différentes selon pour qui il œuvre. «Je respecte la ligne donnée par chacune des maisons et je m’engage à faire au mieux.»

Une direction claire

La cave du Chevalier Bayard reste une entreprise familiale. Mais si la famille siège au conseil d’administration, elle a confié les clés de la maison à Paul Schnidrig en août 2018. Celui-ci se félicite des collaborations mises en place avec ses confrères.

Paul Schnidrig se réjouit de la collaboration mise sur pied avec ses collègues, tant au niveau de la viticulture que de l’oenologie. © Sacha Bittel

 

«Avoir réuni la viticulture et l’œnologie est un véritable plus pour les maisons C. Varonier & Söhne et Chevalier Bayard mais avec Andy Varonier, petit-fils du fondateur Caesar Senior et actuel PDG, nous sommes très clairs: si nous partageons les mêmes préoccupations au niveau environnemental, nous voulons garder deux identités bien distinctes et deux styles de vins.»

A eux trois, Bertrand Nominé, Alexis Praz et Paul Schnidrig ont nettoyé l’armure du vieux chevalier. Un lifting bienvenu. Un sacré coup de jeune!


A lire aussi: Naissance d’un vin orange
 

Rejoignez Swiss Wine Valais Community, le cercle d’amoureux des vins du Valais
https://www.lesvinsduvalais.ch/community/
 

Leurs vins coups de cœur

Le Grenoblois Bertrand Nominé, on s’en doute, craque pour le Pinot noir. «Un vin raffiné et délicat, une véritable éponge à terroirs. Le vignoble de Varen, situé entre 500 et 800 mètres d’altitude permet de garder une jolie fraîcheur aux vins issus de ce cépage.» Mais il apprécie aussi nos spécialités autochtones et les vieux cépages oubliés. A l’instar du Gouais (Gwäss en allemand), qu’il a replanté sur une petite parcelle de 1000 m². «J’ai prélevé des bourgeons chez C. Varonier & Söhne et je les ai regreffés. Bien vinifié, c’est un cépage très intéressant. Vous saviez que les gens de Varen étaient surnommés les Gwäss-Riemen?»

Alexis Praz, fidèle à ses origines du val d’Aoste, s’enthousiasme pour le Cornalin et l’Humagne rouge. «Le Cornalin du Valais a ses origines dans deux cépages valdôtains: le Petit Rouge d’Aoste et le Mayolet. Et l’Humagne rouge du Valais, c’est le Cornalin d’Aoste.» Avec un sourire facétieux l’Italien nous rappelle les liens qui lient nos deux régions vinicoles et l’emprunt, par Jean Nicollier, du mot Cornalin pour rebaptiser notre Rouge du Pays. 
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

L'homme qui met de l'eau dans son vinL'homme qui met de l'eau dans son vin

Top