Savièse: Julien Dubuis, président de l'Entente, revient sur deux mois qui vont tout changer

Deux mois après les élections communales et la perte de la majorité de son parti, le président de l'Entente, Julien Dubuis, revient sur 60 jours qui vont certainement changer la politique saviésanne de fond en comble.
15 déc. 2016, 11:16
/ Màj. le 15 déc. 2016 à 17:23
Julien Dubuis, président du parti d'Entente de Savièse, analyse les défaites.

Le président du parti d’Entente de Savièse Julien Dubuis a vécu des mois forcément tourmentés. Son parti a laissé filer la majorité absolue en octobre. Après avoir perdu la course à la présidence en novembre, le président sortant Michel Dubuis a fait valoir son droit à la démission la semaine dernière. Ces événements font beaucoup parler dans le camp de l’Entente.

Réunissant le PLR (toujours séparé à l’interne entre les libéraux et les radicaux) et le PS, le parti pourrait bien disparaître en mars après les élections cantonales. Cela dépendra du choix des différentes fractions. Président ad intérim pendant 3 ans, puis président depuis une année et demi, Julien Dubuis revient sur ces deux mois qui vont certainement changer la donne politique saviésanne, vieille de 80 ans.

Julien Dubuis, les membres de l’Entente ont-ils digéré ces derniers mois?

Pour certains candidats, il faudra certainement encore un peu de temps. Le comité directeur s’est réuni et a décidé d’un échéancier pour la suite. Nous attendrons les élections cantonales, puis les assemblées de section et l’avenir de l’Entente sera fixé le 30 mars prochain.  Si une des deux sections décide de quitter l’Entente, celle-ci sera de fait dissoute.

L’Entente regroupait jusqu’ici 4 PLR et 2 PS au conseil communal. Stany Varone (PLR) n’a pas été réélu. Il siègera finalement quand même à la place du président sortant Michel Dubuis (PS) qui a décidé de stopper sa carrière politique. Le PS perd un siège au détriment du PLR de manière injuste?

Une loi règle ces aspects et stipule que le candidat qui vient ensuite sur la liste a l’obligation de siéger. Les règles sont connues dès le départ. Michel Dubuis a fait valoir son droit à la démission et Stany Varone a annoncé qui accepté son élection pour la législature 2017-2020.  

Retrouvez l'interview complète dans nos éditions papier et numériques du 16 décembre. 

par Samuel Jacquier