Même s'il s'avère qu'Oskar Freysinger a bénéficié d'une fraude dans le Haut-Valais, l'UDC maintient son recours

Les quelque 130 bulletins de vote falsifiés dans les trois communes de Brigue, Viège et Naters étaient favorables à Oskar Freysinger au second tour de l'élection au Conseil d'Etat valaisan. C'est le "Walliser Bote" qui l'affirme. L'UDC maintient son recours, "pour que justice soit faite".
31 mai 2017, 10:05
/ Màj. le 31 mai 2017 à 11:40
Oskar Freysinger n'avait pas été réélu le 19 mars, terminant 6e à 2124 de Frédéric Favre.

Oskar Freysinger aurait-il bénéficié des fraudes électorales dénoncées dans le Haut-Valais lors du second tour de l'élection au Conseil d'Etat valaisan ?

>> Lire aussi: De nombreux cas de fraudes électorales signalés dans le Haut-Valais

C'est en tout cas ce qu'affirment ce mercredi nos confrères du "Walliser Bote". Selon leur enquête, les quelque 130 bulletins falsifiés dans les villes de Brigue, Viège et Naters étaient favorables au ministre UDC sortant.

L'écart entre Oskar Freysinger et le nouvel élu Frédéric Favre pourrait donc être au final plus grand que les 2124 voix officiellement recensées.

Instruction en cours 

En charge de l'instruction pénale ouverte par le Ministère public, Rinaldo Arnold, premier procureur pour le Haut-Valais, ne commente pas pour l'heure ces révélations, indique le "Walliser Bote".

Ironie du sort: c'est l'UDC du Valais romand (UDCVr) qui avait fait recours une première fois contre les résultats de l'élection du 19 mars, une élection finalement validée par le Grand Conseil. 

>> Lire aussi: La validation de l'élection au Conseil d'Etat est acceptée

Mais l'UDCVr n'en est pas restée là et a recouru, début avril, au Tribunal fédéral. Les juges de Mon Repos ne se sont pas encore prononcés.

>> Lire aussi: Fraudes électorales: l'UDCVr saisit le Tribunal fédéral

L'UDC veut en avoir le coeur net

"Nous voulons que justice soit faite", commente le co-président de l'UDC Cyrille Fauchère, qui ajoute, "peu importe à qui profite cette fraude, les fraudeurs doivent être punis."

L'UDC laisse donc le Tribunal fédéral étudier le dossier. "Les juges donneront sans doute des pistes pour indiquer ce qui doit être modifié. Le système de vote actuel n'est pas satisfaisant."

Concernant l'enquête du Walliser Bote, Cyrille Fauchère déclare: "Je me demande comment le WB a pu avoir accès à ces informations. Il doit y avoir eu une fuite, ce qui montre qu'il y a un problème au niveau de la gestion de cette affaire."

par Sarah Wicky,Jean-Yves Gabbud