Direction Oberwallis
 20.07.2020, 18:00

Direction Oberwallis: «Le Nouvelliste» à la conquête du Haut pendant un mois

chargement
1/2  

Opération spéciale Le Haut-Valais, ce n’est pas seulement le Cervin, le Lötschberg et le Château Stockalper. Pour vous le prouver, «Le Nouvelliste» y pose ses valises durant quatre semaines. Also los!

Si des touristes traversent des cantons, des pays ou des continents pour y aller, pourquoi n’y mettrions-nous pas les pieds? Dans ce Haut-Valais qu’on connaît si mal. Ne serait-ce que pour vérifier s’ils ont d’autres consonnes que le «r» et d’autres plats que les röstis bratwurst. Au-delà des clichés faciles, paraît que c’est beau par là-haut. Et qu’on n’y est pas trop mauvais niveau accueil.

Du coup, ça y’est: Direction Oberwallis! «Le Nouvelliste» profite de l’été du coronavirus pour franchir la barrière régionale. Mais aussi linguistique. En espérant qu’ils parlent effectivement mieux français que nous allemand. Sinon, ma foi, on dira «Enstchuldigung, können Sie wiederholen bitte?» et tout ira bien.

Quatre duos de journalistes

Un mois. C’est le temps que durera l’opération inédite Direction Oberwallis. Dès mardi et jusqu’à la mi-août, quatre binômes de journalistes se relaieront, le temps d’une semaine, pour vous faire découvrir le «Valais supérieur», comme aiment à l’appeler nos facétieux voisins.

 

Le logo qui vous accompagnera durant un mois.

 

Première escale: la région de Loèche-les-Bains. «Leukerbad!», corrigent, avec un accent qui les replonge en quatrième primaire, Patrick Ferrari et Bertrand Girard. Car, on ne va pas se mentir, les dignes représentants du premier duo de journalistes tout terrain ne manient pas à merveille la langue de Viola Amherd. Ils ne connaissent pas non plus grand-chose de la partie Est du canton.

Du texte, du son, de la vidéo

Mais ils aiment les défis. Alors, faites-leur confiance pour tout vous dire des lieux à ne pas louper, de la bouffe typique à déguster, des gueules du cru à rencontrer et des expériences hors du commun à expérimenter une fois dans sa vie de Valaisan.ne. Leur immersion est à découvrir de mardi à samedi. Dans le journal. Sur notre site. Sur les réseaux sociaux. En texte. En Fotos. En vidéo.

Les paires de journalistes qui leur succéderont iront à Brigue et dans la Vallée de Conches, qu’on dit Brig et Goms. A Viège, Saas-Fee et Zermatt, qu’on dit pareil à part pour Visp. Et enfin dans le Lötschental, où il n’y a pas que les fameux masques.

Via l’une de ses cinq thématiques 2019, «Le Nouvelliste» avait modestement tenté de «Rapprocher» le Haut et le Bas. Cette année, on y pose nos valises durant un mois. Parce qu’il y a plein de choses «wunderbar» à y découvrir.

A lire aussi : Notre dossier «Rapprocher»


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

CommentaireOberwallis: l’essayer, c’est l’adopter. Le commentaire de Vincent Fragnière.Oberwallis: l’essayer, c’est l’adopter. Le commentaire de Vincent Fragnière.

Direction OberwallisDirection Oberwallis: si mystérieux, si sauvageDirection Oberwallis: si mystérieux, si sauvage

Direction OberwallisAlbert Nyfeler, le peintre qui a illuminé le LötschentalAlbert Nyfeler, le peintre qui a illuminé le Lötschental

Direction OberwallisLötschental, vallée grandiose du tourisme douxLötschental, vallée grandiose du tourisme doux

Direction OberwallisUni, le Lötschental est divisé en quatreUni, le Lötschental est divisé en quatre

Top