Coupe du monde 2018 en Russie
 14.06.2018, 17:00

Coupe du monde 2018: comment arrêter Neymar?

chargement
Ce poison de Neymar semble intenable.

la question Dimanche, la Suisse affronte le Brésil pour son entrée en lice à la Coupe du monde. Le principal danger côté brésilien se nomme Neymar. Comment l'arrêter? Nos deux consultants, les anciens internationaux Stéphane Grichting et Yvan Quentin, répondent.

Stéphane Grichting

Faire preuve d'une grosse solidarité

«Le plus important face à un tel joueur, c’est de répondre en équipe. Parce que même si vous êtes dans un bon jour et que vous décidez d’aller individuellement sur lui, ce sera relativement compliqué de l’arrêter. Neymar a une telle facilité de percussion, de vitesse et d’exécution qu’il est presque impossible de s’y opposer en un contre un. Il faudra donc absolument éviter de se laisser isoler, histoire de ne pas se retrouver dans cette situation. Même les meilleurs défenseurs au monde ne parviennent pas à contrecarrer un tel joueur, du moins sur la totalité d’une rencontre. Or le problème avec ce type de joueur, et c’est là l’autre difficulté qu’il posera à la Suisse, c’est que vous avez beau réussir le match parfait durant 88 minutes, il suffit que vous la moindre hésitation pour qu’il en profite et marque deux buts. Il faut donc absolument que toute la Suisse s’y oppose, serre les rangs dans les zones du terrain où il aime le mieux s’exprimer. Ce que la sélection nationale sait d’ailleurs relativement bien faire. C’est tout le système défensif qui est évidemment concerné, pas uniquement la défense. Le plus important sera de faire preuve d’une grosse solidarité face à un joueur qui aime affronter et conserver le ballon dans les pieds. Même si la Suisse doit prêter une grande attention à Neymar, elle ne doit pas en faire une fixation pour autant. Le problème, avec le Brésil, c’est que même si vous parvenez à maîtriser un tel joueur, d’autres sont prêts à prendre le relais. C’est cet aspect qui caractérise les grandes équipes et qui en fait leur force.»

 

Yvan Quentin

Le repousser à l'opposé du terrain

«Je ne sais pas s’il faut établir un plan anti-Neymar et établir un marquage particulier sur lui. En adoptant cette tactique, vous perdez déjà un ou deux de vos joueurs qui ne seront concentrés que sur lui, ce qui risquerait de créer de trop gros espaces pour d’autres adversaires. Neymar est tellement imprévisible… Il va dans tous les sens. Neymar aime bien naviguer dans plusieurs zones du terrain. À mon époque, on jouait davantage la position. Ce n’est plus possible aujourd’hui avec des joueurs offensifs qui bougent énormément. C’est particulièrement le cas avec ce véritable extraterrestre. Ce qu’il faudra essayer de faire, c’est de le pousser sur les côtés, si possible le plus loin possible du camp de la Suisse. Pour ce genre de joueurs, il n’y a pas de véritable recette pour le rendre plus faible. Il peut être capable de l’étincelle à tout moment. Il peut passer à travers son match lors des 65 premières minutes avant de débloquer la situation ou de marquer la différence en un espace de temps très restreint. Si vous êtes proche de lui, il va s’écarter. Si vous lui laissez trop d’espaces, vous faites ses affaires puisqu’il va se retourner et vous affronter. En fait, Neymar a une solution à toute situation. Il est constamment capable de s’adapter. Ce qui sera primordial, c’est que chaque Suisse qui se retrouve dans sa zone soit concentré et fasse le maximum pour le gêner. Mais je ne pense pas qu’il faut se fixer sur lui. Agir de sorte serait reproduire la même erreur que contre l’Argentine en 2014. Tout le monde ne parlait que de Messi, cherchait à savoir comment s’y opposer. Or au final, c’est bien Di Maria qui avait éliminé la Suisse. » 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top