Coupe du monde 2018 en Russie
 29.06.2018, 11:04

Coupe du monde 2018: ça ne tourne pas toujours rond sur la planète football

chargement
La planète football vue du cyberespace.

Football Perçue depuis le cyberespace, la planète foot révèle des pépites que nous sélectionnons chaque jour durant cette Coupe du monde 2018. Ce vendredi, on apprend que la célébration ratée de Batshuayi fait le tour de la toile, que le tambour de Manolo a été interdit de stade et que la tactique du sélectionneur du Japon a été critiquée.

Michy Batshuayi, la risée de Twitter

Ce sont les images de la Coupe du monde qui font le plus le buzz sur les réseaux sociaux depuis jeudi soir: celles du joueur belge Michy Batshuayi qui célèbre le but de son coéquipier Adnan Januzaj.

Alors que Januzaj venait de marquer, Batshuayi a exprimé sa joie en frappant dans le ballon, lequel est venu rebondir contre le poteau avant de le frapper en pleine tête.

 

 

La maladresse du Belge a évidemment fait le bonheur des internautes, particulièrement des twittos qui se sont empressés de se moquer.

 

 

 

 

 

 

Bon joueur, Michy Batshuayi a lui-même réagi à sa mésaventure sur les réseaux sociaux: "Ahahah, je savais que j'étais foutu à l'instant où je regarderai mes mentions. Pourquoi suis-je aussi stupide ? Ça fait mal!"

 

 

Manolo se retrouve sans son tambour

Depuis maintenant 36 ans, l'Espagnol Manolo el del Bombo, 69 ans, soutient corps et âme la Roja. Sa particularité: il ne quitte jamais son tambour, qui l'accompagne durant toutes les Coupes du monde.

Mais cette année, c'est le drame. En raison des mesures de sécurité drastique, Manolo n'a pas pu entrer dans les stades avec son mythique instrument, rapporte 20 Minutos.

La presse espagnole s'est alors fortement intéressée au cas de l'indéfectible supporter, qui a carrément fondu en larmes en évoquant cette interdiction. Désemparé, Manolo a carrément demandé au Premier ministre Pedro Sanchez d'intervenir auprès de la FIFA.

 

 

Après le tambour, la bicyclette géante

Manolo n'est pas le seul supporter à être constamment accompagné d'un objet fétiche. Un Brésilien, Elias de Souza, assiste à toutes les éditions du mondial depuis 1986, avec un vélo comme mode de transport. Et pas n'importe quel vélo: construit de ses propres mains, il s'agit du "plus grand du monde".

 

 

Elias de Souza voyage avec un petit budget puisqu'il vit surtout grâce à la générosité des gens qu'il rencontre sur son chemin, rapporte le site Kombini. Depuis quatre éditions, il voyage désormais avec son fils, Elias Jr, en tandem. 

 

 

Le sélectionneur du Japon demande à ses joueurs de ne pas marquer

C'est une tactique très risquée qu'a adoptée le sélectionneur du Japon Akira Nishino lors du match de son équipe face à la Pologne jeudi soir. 

L'homme a carrément demandé à ses joueurs de ne pas chercher à égaliser en fin de match et a tout misé sur une défaite du Sénégal en vue de la qualification. 

Alors que les Samurai Blue auraient pu essayer de marquer un but qui les aurait qualifiés à coup sûr, ils ont préféré ne pas prendre de risques et favoriser la défense, afin d'éviter un second but des Polonais qui les aurait éliminés. Les Nippons ont choisi de parier sur une victoire colombienne à l'issue de l'autre match qui se déroulait en même temps.

 

 

Pari gagné pour Akira Nishino. Les Japonais se sont qualifiés pour les huitièmes de finale. La prestation de l'équipe n'a cependant pas manqué de faire réagir les internautes, qui ont critiqué le "non-match" des 15 dernières minutes.

 

 

 

 

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

live
FootballCoupe du monde 2018: revivez avec nous la journée du 28 juinCoupe du monde 2018: revivez avec nous la journée du 28 juin

FootballCoupe du monde 2018: retour sur les plus gros scandales de l'histoire du MondialCoupe du monde 2018: retour sur les plus gros scandales de l'histoire du Mondial

FootballCoupe du monde 2018: ça ne tourne pas toujours rond sur la planète footballCoupe du monde 2018: ça ne tourne pas toujours rond sur la planète football

Top