Coupe du monde 2018 en Russie
 18.06.2018, 19:46
Lecture: 6min

Coupe du monde 2018: Valon Behrami se bonifie comme le bon vin

Premium
chargement
Valon Behrami et la Suisse affrontent la Serbie vendredi.

Equipe de Suisse Héroïque face au Brésil malgré des adducteurs qui sifflent, Valon Behrami se bonifie comme un bon vin à l’alliage fragile mais goûtu. Il sera encore attendu vendredi contre la Serbie.

Vingt ans. Vingt ans qu’un joueur n’avait pas subi, selon l’expert en statistiques Opta, au moins dix fautes dans un même match de Coupe du monde. Après l’Anglais Alan Shearer, rudoyé illicitement à onze reprises par la Tunisie en 1998, c’est Neymar qui, dimanche, a eu droit à un traitement de faveur particulièrement lourd (10 fautes). L’œuvre d’une équipe de Suisse rugueuse - un mal nécessaire pour accrocher le Brésil (1-1) - mais vaillante et...

À lire aussi...

time-outCoupe du monde: la Suisse a opposé son courage et sa solidarité aux individualités brésiliennesCoupe du monde: la Suisse a opposé son courage et sa solidarité aux individualités brésiliennes

commentaireCoupe du monde 2018: «La Suisse doit retenir les leçons de l’histoire»Coupe du monde 2018: «La Suisse doit retenir les leçons de l’histoire»

FootballCoupe du monde 2018: l'équipe de Suisse balaie les interrogations et inspire confianceCoupe du monde 2018: l'équipe de Suisse balaie les interrogations et inspire confiance

Top